Théophile Gautier A une jeune italienne poème interprétation guitare/voix

Quand on commence à s’intéresser à Théophile Gautier et à son ouvrage première poésie, on se trouve au cœur de ce qui pourrait être considéré comme la poésie d’art. En effet, l’érudition de Théophile Gautier fait que ce poète n’est jamais très éloigné de l’histoire de l’art, qu’il a certainement étudié. Et sa poésie est donc un bon moyen d’accéder à une vision de l’art utile pour tout artiste. Les productions poétiques actuels même si elles sont parfois inventive (comme la théorie de la verticalité par exemple) ou d’avant garde ou encore qu’elle soit parfumer de terre inconnue, de pays étranger, avec parfois des éclats poétiques restent en fait bien fade face à cette érudition de tout instant qui interroge autant la créativité, l’hommage à ses maîtres, que le parfum de la vrai poésie. La poésie contemporaine que j’ai pu lire étant plus proche de la philosophie actuellement que d’une véritable question de la création poétique. Théophile Gautier en son temps ou l’empire avait de l’argent pour les grands artistes si l’on peut dire, présentant en fait une poésie en lien avec tout les arts que cela soit la sculpture, la peinture, les poètes de l’antiquité  ou encore le voyage grand symbole du romantisme. C’est sur cette poésie d’art qu’ il faudrait s’interroger en notre 21 ème siècle. Baudelaire  étant en quelque sorte, une exception esthétique, difficile à comprendre, Verlaine un chemin de vie fossoyé par un abîme et l’amour féminin. Rimbaud comme une anomalie dans le cheminement poétique, une anomalie métaphorique si ce n’est la question du voyant et des lettres au voyant .

Mais revenons un instant à Théophile Gautier et à un poème  A une jeune italienne. Ce poème est placé dans les pièces diverses de l’ouvrage première poésie, il est présenté après  le poème prière et avant le poème A trois paysagiste. C’est un poème qui semble tout simple mais reflétant comme une tradition depuis le poète Clément Marot qui est celle de faire un poème sur Paris. Verlaine a fait le sien avec croquis parisien  et le monde grecque et Théophile Gautier certainement inspiré par l’histoire de l’art place le sien entre Paris et Florence. Il s’intéresse ici notamment à la violette, cette fleur de poésie qui n’est pas d’ailleurs sans rappelé l’Angleterre et un certain protestantisme.

La poésie de Théophile Gautier comme beaucoup de grand poète ce révélant mieux dans sa compréhension quand elle est chanté notamment avec une guitare.

 

L’interprétation guitare voix de ce poème se voudra un peu bidouillé essayant de faire à la guitare comme une sorte de son un peu polyphonique, un brouillage sonore avec la voix mis en avant.

A une jeune italienne

Février grelottait blanc de givre et de neige ;
La pluie, à flots soudains, fouettait l’angle des toits ;
Et déjà tu disais : « Ô mon Dieu ! quand pourrai-je
Aller cueillir enfin la violette au bois ? »

Notre ciel est pleureur, et le printemps de France,
Frileux comme l’hiver, s’assied près des tisons ;
Paris est dans la boue au beau mois où Florence
Égrène ses trésors sous l’émail des gazons.

Vois ! les arbres noircis contournent leurs squelettes ;
Ton âme s’est trompée à sa douce chaleur :
Tes yeux bleus sont encor les seules violettes,
Et le printemps ne rit que sur ta joue en fleur !

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *