Térrog-Nouvelle « Le possible manger » (seconde partie)

Joséphine  sort, a-telle assez d’essence ? C’est qu’il en faut des courses pour sa marmaille.

Ailleurs, les carrosses servaient peut-être de garde manger tant le personnel du maître de maison était débordé,  à moins que ce ne soit pour cause qui diffère.

Alors quel dîner établir ? Pensons au supermarché, à l’épicerie, au commerce de détail.C’est cela le détail ? Quels sont les prix ? Des prix, on parle de marge arrière.

Alors, un recul,une  avancée et la qualité du produit, me direz-vous ? C’est la vue, l’odorat, le toucher. Joséphine s’inquiète, ces fruits ne sentent rien, ils sont anesthésiés.

D’autres  là- bas semblent  trop murs. Et puis va pour des  letchis, c’est  exotique.

L’exotisme, société qui rêve de nouvelles lunes, de mystères, de saveurs oubliées.

Mais elles n’ont point disparues. Simplement, Que pèse un sac  de fruits ?

Pour le marchand, il pèse cher, c’est son gagne pain. Pour le client, il varie en fonction des besoins.

Les besoins et déjà  on n’ envisage plus le manger comme un plaisir mais comme une solution.Et c’est bien.

Le cuisinier du grand hôtel du marais en résout tous les jours de telles équations.

Faut-il cuire le foie de veau d’une façon particulière aujourd’hui ? Le ministre se présente

Le ministre a une indigestion mais le chef ne le sait pas. Mangera t-il son plat préféré ?

Et oui le Ministre a des avantages, avantages, voilà qu’on sort de la cuisine pour se retrouver dans une autre.

Le mari de Joséphine,  André,  ne peut  rien avaler avant une  heure possible. Il a de mauvais souvenirs d’enfance, dirions-nous. Une famille qui mange comme quatre et les desserts, il ne peut plus les voir, même en peinture. 

Comment faire pour lui? De l’art , le mot est lancé.

Qui connaît ce terme ? Il y a de cela plusieurs années, un groupuscule a affirmé que l’art est une supercherie, de  la pub  évidemment. Y avait-il  trop d’art à cette époque ? La commission de ces Messieurs peut-être. Et on se retrouve là aux toilettes, c’est qu’une bonne chose se digère, circule dans l’organisme, un corps qui est apaisé. Mais, monsieur Regato nous parle de poison .Les aliments en contiendraient, L’Europe se lève, Que faut-il ingérer ?

Hector aime le beurre, André déteste les desserts, le chef du grand hôtel s’occupe d’une indigestion.Et on s’y aventure, ça viendrait de l’intérieur, l’intérieur et  l’extérieur. Des dames applaudissent.Le yaourt, le bon yogourt, le bio,  pour finir son repas. Est-ce autant l’emballage que le contenu qui intéresse le consommateur ? Et on sort de l’art, on se retrouve dans une jungle étrange.Le voyage revient.

 La nouveauté, Berlor veut une nouveauté. Le marmiton s’étonne. C’est un diner magnifique.Sa famille est là. Ils pensent enfin à lui.Gaspard  n’a pas un sou en poche. Son lieu de vie n’est pas des plus agréables.Il se dit qu’on l’exploite. Il a raison. Nourriture, coûtes tu cher ?Ce qui est aimé, pourrait répondre  un écrivain. Aimer, amour, aide- nous.

Alicia déteste l’amour, elle l’abjecte, le méprise. Elle veut un homme.

Mais, un homme ca mange. Si on regarde la télé une femme ca fait des régimes.

Et  on y est, la norme sociale. A l’heure actuelle, elle évolue, se métamorphose, se

 transforme.Ce n’est pas elle ,peut-être, c’est qui ?

Une éducation, une façon de voir la vie. Qui peut  comprendre ?

Le petit bonhomme mange des caramels.

Ce contenu a été publié dans Nouvelle par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *