Poème-Un matin:Le froid et la gaieté

Le froid et la gaiété

Passager d’un hiver

En Mai se sont levés

Un jour de ciel gris

Mais de gaiété si peu

Est déja chose si dure

Que l’hiver de Mai

Semble moments pluvieux

Attendre ainsi Juillet

Avec un peu de froid

Et espoir de joie

Attendre ainsi Juillet

D’un ciel orée  de rose

Aux rougeatres couleurs

 

Terrog      (Un matin: le froid et la gaieté)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *