Poème-Nuit passagère

Dans la  nuit tempête obscure

Ame régente de l’augure

Ne point dormir à la flamme

Flamme , désir qui éclaire

Le cœur du tombeau solitaire

 

Sablier qui passe un temps

Du Sommeil, lente rythmique

Vibrants   de ces pas antiques

Airs chantants oubliés

Violoncelle de Caldara

Lyrisme de Métastase

 

Un trio de  baryton

Des bois de musique  enchantés

Du rêve  baroque de Rubens

Neptune calmant les vents

 

Ohé ohé bon capitaine

Lampiote  dans l’ombre  ouvreuse

Nuit dernière, rien n’est plus sombre

Oh  jour levé, souffle venant

Eveil du passager

De la barque du soupir

Du ponton  de l’eau perlait

Mêlé avec le gout  salin

De  celui qui prit le quart

Voyageant plus d’une nuit

A la brume qui transpire

De son corps de vampire

Ayant bu en un seul temps

Le soule de mondes enchantés

A  nocturne

Qui dit bonjour

Oh beau rêve du matin

Heures pour les sains et saufs

Du déjeuner en gourmand

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *