Poème inspiré du tableau de Louis Valtat Nu au fauteuil vert

Valtat-nu au fauteuil vert-Lecture

Lutteuse assoupie

La mer, le bruit

La rivière, l’écho

La pièce traversée

Verte est dite mauvaise
Mouvoir peut-être il faut
Un Sofa y invite
Près des déesses antiques
Et si près de Renoir

A l’ombre de Vénus
Un soleil projeté
Ou le galbe du corps
Est parfois réchauffé

(Térrog-Le sofa)

Une réflexion au sujet de « Poème inspiré du tableau de Louis Valtat Nu au fauteuil vert »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *