Le sorcier Sorex (petite histoire-anecdote)

Anecdote d’Hector…..

Hector contait une histoire en ces termes:

« Il était une époque ou la sorcellerie et magie n’étaient pas présentée au grand public comme aujourd’hui. A cette époque, un homme d’une trentaine d’année était devenu par hazard sorcier en suivant des cours de magie  par correspondance . Il n’était pas connu en ces années mais un jour faisant un voyage dans un territoire interdit, il était devenu d’un seul coup détenteur de pouvoir magique fantastique. Il maîtrisait des langues anciennes comme la langue des meidrolaechs , semblait pouvoir se rendre invisible. Bientôt, son nom se murmurait sur beaucoup de lèvres. On l’appelait Sorex le sorcier. Des légendes étaient racontées à mi-voix à propos de ses exploits. On disait qu’il avait gagné la vie éternelle et qu’il ne vivait pas sur terre.  »

Fin de l’anecdote d’Hector…..

La chasse au nantais (petite histoire enfantine)

Harry discutait avec son ami éric:

« Connais-tu la nouvelle disait-il, j’apprends dernièrement  qu’avec  les new technologies certains veulent mettre en place une propriété sur les objets achetés, type téléphone, ordinateur, chaîne stéréo via notamment des cartes  sdd/mmc « .

Eric lui répondit: « Mais qui sont donc ses personnes » ?

« Des commerçants  nantais d’après ce qu’on m’en a dit accompagnés d’un devin » lui répondit Harry.

Eric s’exprimant dans mes jeux d’enfances à l’école on organisait parfois « une chasse au nantais ». Ce n’était pas une chasse aux sorcières mais cela nous amusait beaucoup.

Harry hocha la tête et lui dit un bribe de voix, nous en reparlerons…….

 

 

 

 

Le théâtre de 20 ans (petite historiette)

Monsieur Ridau marchait tranquillement avec Mr  Diotor,

Il le questionna ainsi: « Mon cher que pensez-vous du théâtre de 20 ans ». Est-il rousseauiste ou voltairien ?

Mr Diotor lui répondit: « J’ai monté un théâtre, il y a 20 ans et au bout de 20 ans ayant  engagé toutes sortes d’acteurs (vrai et faux) , il fallait tout recommencer. On m’a répondu flatteusement  votre théâtre est à l’image de la société »

Peut-être dit Mr Ridau  mais connaissez-vous : « Saint Cyprien, la miséricorde divine ».

Non, répondit Mr Diotor: « Je n’ai à vrai dire qu’un simple regret. »

Mr Ridau fit un demi-sourire et s’exclamant, lui proposa d’aller se restaurer.

Un beau soleil d’été plus brillant que d’habitude accompagnait les deux hommes alors

qu’ils se dirigeaient vers leur déjeuner.