L’oeil Absalon (Poème)

Elle voyait comme en son image

Une ombre d’âme échue

C’était peut-être 1000 tombeaux

Ou mille urnes à la lumière inconnue

Mille trésors que le temps n’avait pu contenter

Dans la nuit aux jours mordorés

Tel un néant de matière couvrant l’obscurité

Absalom monumental

Séparant de l’œil la vision nocturnale

Ces monuments de pierre à la mémoire défunte

Nous protègent t-ils toujours ?

De l’oeil perfide comme onoculus ?

D’un coup elle ne semblait plus voir

Et le sable des paupières du vent

Souriait dans la plaine des soupirs

Près d’un fleuve aux déesses d’Incante

Ou le mot suit la chaleur du verbe.

Et  la quiétude de la paix.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *