Lire Premières poésies de Alfred De Musset ou le jeune poète et ses femmes

L’achat d’un ouvrage d’ Alfred De Musset dans une vieille collection du 19 ème  permet de retrouver le charme désuet d’une époque, une présentation d’origine et ce  même si ce poète reste terriblement moderne.Cet article ne se penchera sur les minis nouvelles poétiques qu’il  nous présente mais plutôt sur les poèmes ,courtes versifications,de ses femmes aimées ou admirées.Il faut le comprendre accéder à la beauté des poèmes de Musset c’est en partie les déclamées ou mieux encore les chantés comme l’indique l’auteur dans son intitulé: »chansons à mettre en musique ».La magie de Musset est parfois dans les derniers vers de certains  de ses quatrains comme pour Pépita  avec: »la réalité dément ou les bonbons et les maris ». Sucre d’orge qui palpite.Musset, dans son ouvrage, embrasse semble t-il de nombreuses femmes comme la Marquise ou L’andalouse sorte de beauté féminine venant de l’enfance.A qui a t-il donné son âme? Déjà, le poète s’échappe parlant d’étoile vagabonde.Des belles Espagnoles de Madrid, de Venise la rouge, de celle qui se pare pour le bal qu’on prépare, de la Vanina pâmée ou Narcissa la folle,Musset a à peine 20 ans et il voit déjà juste  comprenant la meurtrissure des corps et des cœurs interrogeant ses amantes,fut-il vrai  libertin? Alors, comment comprendre, que quelques temps après,  il écrive en pleine tristesse avoir perdu amis et avoir compris la triste vie?

C’est-il perdu en amour?comme rappelant ses vers prophétiques a Madame  Ménessier

« son âme dans votre âme un instant est passée » , « le rêve de son cœur un soir c’est arrêté ».

Ce n’est  pas pourtant pas la foi qui lui manque ainsi dans son poème Stances  il dit aimé la croix blanche et le bénitier réfutant en cela les mots qu’aurait lancé  Lamartine sur ce joyeux poète.Musset semble de toutes les fêtes comme ses filles ,vibrantes, posant  le masque noir  accourant vers le bal.

A la lecture de certains de ses nombreux poèmes, il nous reste deux réponses.Il semble que Musset, paré de beaucoup de génie,n’ait pas le sens antique et c’est peut-etre alors la cause de son malheur.Yeux qui discernaient l’ont-ils plongé dans l’oubli? Reste aussi cette phrase à la fin de Premières poésies dans le récit poétique Narmouna expliquant le destin:

« Mais le hasard peut tout,-et ce qu’on voit lui faire

Nous a souvent appris que le bonheur sur terre

Peut n’avoir qu’une nuit, comme la gloire d’un jour ».

 

Interprétation du poème Pépa guitare/voix

 

Musset.Pepa- 1                          Musset-Pepa-197

A Pépa

Pépa, quand la nuit est venue,
Que ta mère t’a dit adieu;
Que sous ta lampe, à demie nue,
Tu t’inclines pour prier Dieu;

A cette heure où l’âme inquiète
Se livre au conseil de la nuit;
Au moment d’ôter ta cornette,
Et de regarder sous ton lit;

Quand le sommeil sur ta famille
Autour de toi s’est répandu;
Ô Pépita, charmante fille,
Mon amour, à quoi penses-tu ?

Qui sait? Peut-être à l’héroïne
De quelque infortuné roman;
A tout ce que l’espoir devine
Et la réalité dément;

Peut-être à ces grandes montagnes
Qui n’accouchent que de souris;
A des amoureux en Espagne,
A des bonbons, à des maris;

Peut-être aux tendres confidences
D’un coeur naïf comme le tien;
A ta robe, aux airs que tu danses;
Peut-être à moi,-peut-être à rien.


 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *