L’étrange histoire médicale de Mr Génome

Il était presque 18 heures à la grande horloge  du quai de la gare de Rennes. Monsieur Génome l’air pressé sortait de l’édifice de verre , s’engouffrait rapidement dans une ruelle pour rejoindre un bar ou une odeur de café chaud  l’attendait.

Il commanda machinalement un expresso s’assit sur un siège noir. En face de lui, un homme  imposant  se mit à converser. Était-ce un journaliste ?  Peut-être, un de ces derniers qui n’avait pas été acheté par le système.

Monsieur Génome, d’une voix calme et installé lui racontait son histoire médicale comme le reflet d’une société, basée sur le mensonge, sur la justification car il fallait bien justifier les dépenses et surtout les dépenses de santé comme pour échapper à une vérité qui pourrait se résumer ainsi.

« Si la drogue qu’on vous propose pour vous soigner est le reflet de l’investissement d’ un personnage important, ou encore la fille ou le fils d’un grand médecin ou d’un député ou d’un ministre ou d’un  chef d’entreprise, on ne peut accepter qu’un tel traitement ne serve réellement qu’à l’image d’un placebo, c’est à dire 3 mois. En effet, imaginez-vous les dépenses engrangées pour tous ces traitements. On ne veut pas vous guérir, on vous veut malade pour justifier une dépense. Une dépense presque générationnelle si l’on peut dire ».

Et Monsieur Génome était de cette génération qui avait de nouveaux rêves, ne croyant pas  à toutes cette science coûtant des millions en personnels et en médicaments. La maladie comme la guérison était pour lui un cycle de vie en rapport avec l’état de nature et leur science moderne n’avait fait que l’enfermer; tel un condamné des siècles d’ancien régime, une science moderne qu’il n’avait vu  utiles que pour les blessures de guerres.

Monsieur Génome expliqua son histoire médicale.

Un soir celui-ci se concentrant dans son lit dans une sorte de transe tantrique et alors qu’en l’époque il se sentait harcelé comme par un sortilège murant. Ce jour là il n’avait pas dormi, son tantrisme l’avait fatigué tant et si bien  qu’il ne dormit plus ou du moins très mal pendant 1 semaine.

Consultant un médecin de sa famille, il se retrouva malgré lui chez un psychiatre celui-ci lui remettant alors des psychotropes au lieu de simples somnifères pour le soigner. En lui disant devant sa famille: » monsieur, nous passons un contrat, faisons un  tope là, vous prendrez  ces médicaments pendants 3 ans ».

 

Il s’avérait que ces médicaments était affreux et que sa famille ne disait rien, monsieur Génome  avait l’impression qu’on lui avait jeté un  sort, peut-être un de ces chrétiens fanatiques qui mélange sorcellerie et religion pour agresser certaines personnes ou encore un  médecin catholique voir le reflet de l’agression d’une bande de mécréants.

L’histoire se prolongeait depuis 10 ans, Monsieur génome avait été enfermé plus de 5 fois sans véritable raison, la police ne donnait aucune réponses à ses plaintes. Il était allé défendre seul jusqu’en Cour d’appel sa situation mais le juge comme le reste de cette administration coupable semblait préférer le voir malade.

Il avait écrit au député, au président, au parti politique et personne ne lui avait répondu. On lui avait diagnostiqué une maladie paranoide et  il avait l’impression d’avoir en face de lui des paralysés, incapable de répondre et d’aider un simple citoyen.

Dans le bar, à coté d’eux, une femme se plaignait, elle parlait des drogués qui zonaient pour se piquer avec leur dose d’héroïne près de la gare.  Monsieur Génome avait envie de lui dire qu’aujourd’hui on droguait légalement, on euthanasiait, on lui volait son sang.

Ainsi, il subissait chaque mois une injection dans le bras et quelquefois il avait un énorme bleu. C’était cela ou on l’enfermait pour un  petit séjour au pays des maladies  carcérales.

De même, on lui avait fait des pseudo prise de sang, six fioles de sang dites obligatoire et n’ayant aucun lien réel avec la maladie dont on l’avait accaparé et  alors qu’il était affiché partout sur la devanture des labo pharmaceutique: »une prise de sang si vous le souhaitez….  »

Monsieur Génome bu son café parlant à l’homme en face de lui: « Ils veulent justifier leur folie, des années de folies alors ils essayent de rendre fous de simples et gentils personnes ».

Nous irons cracher sur leurs tombes….

Une pluie épaisse gouttait dans la ruelle et sur les carreaux de la vitre du bar.

Monsieur Génome rentrait chez lui.

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *