Les bois mélancoliques

Les  bois mélancoliques  reviennent  en octobre

Ces signes fantastiques des feuilles de l’automne

C’est cette odeur d’humus qui anime la terre

Mémoire de nos ancêtres,  de nos anciennes terres

 

Chasseur dans ces bois,  marchant à  pas de loup

Ou  courant sous les arbres , enfants  impressionnés

Par ces poumons vivants

Ont-ils une trachée ?

Le vent  qui éternue, courant d’air lascif

N’en faisant qu’a sa tête  dans les cheveux brillants

Fuir les craquements de  bois

Des bois mélancoliques

Nymphe et satyre  qui jouent

Le Cache- cache oublieux

Qui dort encore ici à l’ombre du ciel bleu?

En grelot, la pluie fine

Sur  cirés et bottines

Tout près d’une Dryade

S’enfonçant dans un chêne

C’est la beauté du bois

Des bois mélancoliques

Qui reviennent en octobre

Ces  signes fantastiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *