le siècle idéal

Puissions nous espérer

Puissions nous en rêver

Il marche peut-etre en nous

tel une lueur dans la nuit

qui contente le silence

C’est sans doute une porte

un chemin

un passage

une chose qui murmure

d’hier de demain d’un autre âge

une fontaine

qui

s’écoule dans l’esprit

Une source près des portes du coeur

Un songe loin des vautours

Un écho dans l’habitude de nos heures

Une réflexion au sujet de « le siècle idéal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *