Le Fleuve-récit poétique

Le Fleuve, un petit récit poétique présenté à la revue secousse (Editions Obsidiane)  qui n’a pas été retenu par le comité de lecture. Une revue en ligne que vous pouvez consulter ici   http://www.revue-secousse.fr/Secousse-09/Sks09-Sommaire.html

Voici le texte

Le Fleuve  

 

Histoire  de la rive

 

Il est  sur la rive entendue

Celle que l’écho n’a pas encore frappée

De l’autre, il ne sait rien à part peut-être un vent lointain

 

Fait-il froid ce soir ?

Est-il seul ?

 

Des ombres dessinent des figures

De la nuit quelques étoiles

 

Tourne, tourne

La corde est prête

Il faut bien franchir le fleuve

Les arbres  bougent étrangement

Craquement, qui glisse aux eaux ?

Celui la trempe ses pieds

Dans le fleuve à  la couleur terre bleuté

 

 

 

Oxygène liquide

 

Il n’y a plus que quelques minutes avant l’immersion

Scaphandrier de l’impossible

Plongez……..

Dans la faille marine

Sous les  algues ondulantes

Ou  le beau poisson  corail

Gobie jaune en robe d’écailles

Se  fait mangeur végétal

 

L’homme cherche le courant

 

Dans  l’eau verte du lagon

Un  chemin entre falaise

Abysse  et belle lanterne

Ne faut-il s’époumoner ?

Cyclone en matière liquide

Peut-être un cercle de pierre

Le tumulus oublié

 

                           Les  Belles Antiques

                              D’un corps à corps

                              Toucher des yeux

                               Relier l’être à ces bienheureuses

                               Le chantre métaphysique

                               Une psyché idyllique

                               Ame magique  Triangle d’or

                               Arts et gentes, régents de l’aurore

                               Pour un bout de  fantastique

                               Sourire  D’amour

                               Sourire

                                C’est la belle en son miroir

                                Qui va se coucher ce soir

                                 Priant les dieux

                                 C’est le fleuve de ces Vénus

                                 Antiques pierres polies

                                 Ondines, Bacchantes, Nymphettes

                                 Et des déesses célestes

                                      C’est le mythe et la légende

                                       Demoiselles aux yeux dorés

                                       Femmes qui enchantent

                                       Si Sirènes étaient contées

 

 A la sortir  de l’eau

 

 

Sur le bord de la rive

Cet homme,

Grand poète Lamartine

Le vois-tu ce jour ?

 

Il vient de franchir le fleuve

Ce tombeau pour certains

Ce chemin de cordée pour d’autres

 

Lentement il se sèche

Près d’un feu  de fortune

 

Un castor se déplace

Au lit d’une rivière

 

Il faut couper du bois

Avant que nuit emporte

 

 

François Térrog

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *