Le chevalier de Parny-poésies érotiques-Madrigal-interprétation guitare/voix

Le chevalier de Parny, poète du 18 ème siècle exprimerait dans un ouvrage nommé poésie érotique son amoureux désir pour une femme apparaissant sous le nom d’Eléonore, une femme de son ile, l’ile Bourbon (aujourd’hui de la réunion)   que son père a refusé qu’il épouse et qui c’est finalement marié avec un autre.

Cette poésie érotique est en faite plutôt chaste et le désir du chevalier de Parny ressemble presque à un désir mélancolique.

Un désir d’amour né dans le jeune age semble t-il. Ainsi, le poème le plus érotique est peut-être le premier de l’ouvrage ou il compare la jeune fille à une rose dont le vent peu à peu enlève les pétales ne laissant que l’épine.

Ce cours ouvrage d’une soixantaine de page est un hymne à cette Eleonore et présente en quelque sorte l’histoire amoureuse de ce chevalier. Elle est intéressante car universelle. Ainsi, la tristesse du chevalier face à la perte de sa belle est-elle une poésie de la vie. On ne sait exactement comment le chevalier à pu oublier sa peine mais il parle de chaine du destin bien lourde, jusqu’en son tombeau et au temple d’amour. Une peine qu’il semble voir comme une nullité, telle une nullité au mariage, c’est ainsi en tout cas que se termine l’ouvrage.

 

Le poème ici choisi s’appelle Madrigal comme cette musique à voix italienne accompagnant les poèmes de la Renaissance. Mais , il s’agirait plutôt d’une musique madrigal du 13 ème-14 ème siècle, une musique sur un poème pastoral, un poème de nature. La fougère dans le poème  devenant un symbole d’un amour presque éternel.

Cette version guitare voix un peu bruyante dans son enregistrement se plaira à créer un rythme de musique à partir du poème.

 

 

Le chevalier de Parny  (à écouter avec des bafs stéréo ou un casque audio, son un peu

faible)

Madrigal

 

Sur cette fougère ou nous sommes ,

6 fois durant le même jour ,

Je fus le plus heureux des hommes ,

Nous étions seuls avec l’amour.

Sur les lèvres de mon amie

S’échappoit mon dernier soupir ;

Un baiser me faisoit mourir;

Un autre me rendoit la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *