Le chevalier de l’autre-monde

C’était au temps du roi Arthur, en une époque troublée par la quête du Saint-graal.

Un jeune chevalier qui vivait près de kaamelot dépendant d’un seigneur puissant ami des

dragons se vit un jour confier une mission. Il devait ce rendre en Brocéliande, dans la forêt

brumeuse pour retrouver un miroir que le fils du seigneur avait fait tombé de son cheval.

Le chevalier qui n’était pas encore adoubé, pris dans l’écurie le plus beau destrier, son

arme une large épée blanche au pommeau d’argent et parti au galop. Le chemin semblait

dur et long car il pleuvait, la boue montait jusqu’à ses genouillères. Bientôt, comme pris

dans une sorte d’emballement diabolique, son cheval  hennissait de colère, les naseaux

aspirant et  rejetant, un brouillard épais. La nuit vint plus vite que prévu, telle un gros

orage noir qui voulait éteindre le jour.

Le chevalier pensant faire une halte en une auberge pour y dormir après avoir retrouvé le

miroir, se rendit bientôt compte  que cette excursion présenté comme rapide pourrait

durer des lustres. Enfin, il arriva jusqu’à la forêt de Brocéliande, prise dans la brume. Il

emprunta, un chemin escarpé comme on le lui avait indiqué pour se retrouver dans une

sorte de bosquet. Mais, la nuit étendant parfois, l’empire des sens, il arriva sur un

autre chemin. Il galopait, galopait dans un bois qui lui semblait comme enchanté. Bientôt, il

entendit une voix, dans un langage éclairé. Un coup de tonnerre retentit et il vit sous un

amas de feuille, malgré le brouillard, un objet qui brillait dans le ciel morne. Il descendit de

cheval, le cœur haletant et saisit l’objet comme enfiché dans le sol terreux. Mais au

moment ou il mit la main sur le miroir, un beau miroir incrusté de pierre de jade avec un

petit fermoir métallique, il sentit comme sa main aspiré par un reflet puissant. Bientôt, tout

son corps traversa comme un lac de feu et un brouillard très dense, il se sentit devenir

autre comme passant dans un univers différent. La voix retentit à nouveau, une voix douce

et murmurante. Tu seras mon chevalier pour 10 ans, mon chevalier de l’autre-monde,

laisse la ton armure de débutant et prend plutôt celle-ci. Maintenant, tu seras l’ombre dans

la nuit.

Au petit matin, on vint mander le jeune chevalier, le fils du seigneur attendait son miroir.

Accompagné de cavaliers, il se rendirent en Brocéliande sous un soleil radieux. Mais,

quelle ne fut leur surprise. Près du miroir, posé sur un petit rocher, ils trouvèrent une

armure,

celle du chevalier, en parfaite état mais vide. Et le brouillard léger rapporta comme un

écho,  les feuilles des arbres glissèrent sur le sol semblant former un mot.

Un mot long et comme trahissant la distance qui peut se traduire ainsi

 » Je reviendrai ».

Et dans la brume de l’oubli, le jeune seigneur pris son miroir le frotta avec un linge blanc et

dit à ces soldats, nous allumerons un cierge chaque année à la chapelle pour le retour de

ce chevalier.

Et il est dit que de l’autre-monde on en sourit……

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *