L’abbé de Trimanteuc (1)

Il devait être midi ou peut-être 14h, un jour qui semblait comme la nuit ou Harold rencontra l’abbé de Trimanteuc.

C’était un homme d’une haute stature pour un jeune garçon mais il semblait comme un peu bosselé probablement par les épreuves de la vie.

L’abbé de Trimanteuc avait et cela semblait courant chez les abbés, une sorte de vice inhérent à sa personne, avait-il vécu une histoire d’amour douloureuse , ou la mort atroce d’un de ses proches ? Son sourire semblait comme érodé par ce fait du temps.

L’abbé de Trimanteuc avait une démarche compact comme un corps faisant bloc.

Harold regardait avec de grand yeux cet étrange personnage qui semblait comme sorti d’un conte d’autrefois.

Il avait d’ailleurs des quantités d’histoire à raconter, de celle qui attise la curiosité et faisait  preuve malgré un vice inhérent à sa personne d’une prodigieuse intelligence.

L’abbé de Trimanteuc donnait des cours dans une pension, admirait particulièrement l’histoire et les textes du moyen-âge et disait s’occuper d’une flopé de petit délinquant.

C’était la pensée d’un abbé et elle avait probablement ses falaises et ses précipices.

C’était aussi la marque d’un ancien temps, d’une éducation à la dure, très certainement, qui avait disparu de la nouvelle société.

L’abbé de Trimanteuc avait, c’est ce qu’Harold avait cru constaté, 2 frères, qui lui ressemblait tant et si bien qu’il était difficile de les distinguer.

Harold les voyait comme des sortes de moine gothique, parfois colérique et même dangereux.

L’abbé de Trimanteuc était très respecté au alentour de la paroisse, on racontait de lui qu’il avait sauvé des vies. Il se battait pour les innocents et était si subtil dans sa façon d’agir, qu’autour de lui, une certaine crainte de son pouvoir, l’avait installé comme un intercesseur auprès des familles fortunés.

L’abbé de Trimanteuc était habillé sobrement et malgré ses serments envers dieu avait une certaine passion pour les femmes, les belles femmes disait-il.

Il avait aussi une passion pour les volatiles, les oiseaux décorés.

Harold le vit ce jour là dans sa maison de famille et l’abbé peut-être amusé par ce jeune garçon lui proposa un cours privé en quelque sorte d’une heure tout en admirant les tapisserie de la maison.

Harold apprit plus de chose en une heure qu’un cursus de collège, lycée en  7 ans.

Il fut impressionné par cette force de la nature, ce que la nature avait fait de cet homme même s’il lui semblait qu’une ombre grisâtre empêchait celui-ci de se libérer pleinement.

L’abbé de Trimanteuc était déjà riche d’après les ouï-dire de la population du voisinage et Harold se demandait ce que cherchait cet étonnant personnage.

L’abbé de Trimlanteuc disparut et Harold continua son chemin de vie, il aurait bien pris d’autres cours avec lui mais l’école telle qu’elle était enseignée ne lui rappelait en rien ce cours si intéressant qu’il avait pu suivre.

Un hiver s’annonça et dans la neige qui recouvrait la chaussée on pouvait voir de grande trace de pas un peu mystérieuse comme faite par un pied à plusieurs chaussures et les gens du hameaux voisin s’exprimant dans un filet de voix racontaient que c’était le pas de dieu de l’abbé.

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *