La Péri

La péri-lecture

 

Par  une nuit joyeuse ou lugubre au mortel
Apparait la Péri, Sylphide merveilleuse
Diable quelle est la douleur de l ‘esprit immortel
Chassé du paradis et montant dans les cieux
Par l’entremise de dons
Sphinge
Énigme
Que dit la ville de Thèbes
Un ballet merveilleux, une danse d ‘Orient
Un Maitre et une esclave
Chaines que murmurent les Muses
Au parfum d’une fleur
Elle disent  à l’enfant de ne pas s ‘ approcher sous peine de purgatoire
Parlent, à l’adolescent ,à l’homme du souffle de la jeune fille

 

Le reste n’est point écrit
Et si par un matin, vous,
De ce voyage,vous revenez enfin
Vous êtes bien vivant

Le rêve a de belles larmes

 

Térrog La Péri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *