Hérodiade de François Térrog Hommage à Stéphane Mallarmé

Un poème se voulant comme une suite  et s’inspirant du poème de Stéphane Mallarmé Hérodiade.

 

Et …

De  demain naîtra   le serpent  arboré

La brume nébuleuse sombre  de l’approché

Persifle t-il un chant à ceux qui disent, n’entendent

Dans la demeure d’hier au sourire   bacchante

Diable elle s’est promenée

Près des herbes   ces jours

Un bassin,  un étang

Corps, disant  du  pur

Une larme  dans l’eau

Au dos de son repos

 

Caprice pour  une vanité

Flammes qui brulent …

Des sibylles incarnates

D’une chambre un rire s’échappe

Un cri du pauvre cœur

L’adoration d’un autre

Et une autre douleur

 

D’une tour  magicienne

En son château cuivré

Pour un met  s’habiller

D’un habit renouvelé

Serait-ce l’heure mortelle?

Oh! cire  crépuscule

 

Et la lumière  traverse

Le  vitrail vermeil

Des flots qui s’amoncellent

Oh ! Tombe des soleils

Des astres  le ciel se signe

Il  neige  et   plumes s’envolent

 

Et ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *