Du problème des ventes d’ouvrages de poésie et du commercant

Si l’on reprend Charles Baudelaire et sa vie difficile avant d’arriver à une reconnaissance public de  livres passant par un procès. On constate d’après ses écrits que dès le 19 ème siècle, il parlait de probabilité, voir  de Jésus comme acteur d’une probabilité par exemple celle que tous les aveugles iront au paradis ou que ceux du royaume du seigneur ne mourront jamais de faim.

On le comprend cette idée de probabilité est l’acteur de notre société moderne, on le sait tout les criminels ne vont pas en prison. Et comme le dit Baudelaire certains criminels font une société florissante comme certains  prêcheurs de culte fallacieux font une grande religion.

Ce calcul de probabilité n’est pas faux car s’il s’agissait de plus qu’une probabilité par exemple celle que tous les aveugles iront au paradis. Cela voudrait dire que malgré les siècles passants nous sommes tous condamnés à vivre les mêmes choses, tous enfermés. Et l’histoire nous prouve que ce n’est pas le cas.

De même, la bible nous raconte les hébreux sortant du royaume d’Egypte.

Et Baudelaire va plus loin et nous éclaire en parlant du commerce comme parfois celui du visage  Satan.

Et on le comprend, le poète qui ne vend pas d’ouvrages malgré des recueils de qualité, ce qui est la vie de certains poètes, une vie difficile, est en fait résolu par Charles Baudelaires.

Il donne la réponse, ce n’est pas un problème de procès qui bloque à l’origine le poète du 19 ème siècle et de même les poètes du 21 ème siècle, pour vendre et faire connaitre leur ouvrage. En effet, le procès quand il existe est une conséquence d’un affrontement de valeur. Valeur d’une société contre une autre, valeur d’un sacré contre un autre, valeur de ce qui est désacralisé.

L’absence d’une vente ouvrage reflète donc en fait un problème avec un commerçant.

Y a t-il le diable dans cette histoire?  Baudelaire nous la présente ainsi. Historiquement, certains poètes ne vendant des ouvrages qu’après leur mort.

Il est su aujourd’hui dans notre société moderne ou tellement de choses se vendent et s’achètent chaque jour, qu’un ouvrage de poésie est un achat qui peut-être fait par chacun.

Le poète se retrouvant à acheter par exemple des livres et ne vendant pas les siens serait en fait placé en face de l’égoïsme d’un commerçant  dans un monde aujourd’hui ou on veut tout nous proposer (Voyage, musique, lecture, objet de nécessité, matériel divers, produits alimentaires ect ……….

Baudelaire n’explique pas comment il a arrangé cette histoire de commerçant, c’est là qu’est un des mystères de la poésie Baudelairienne.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *