Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Les cabinets de curiosites-article

Les cabinets de curiosité auraient connues leur apogée au 18 ème siècle. Mais qu »est ce exactement ? Les recherches et explorations auraient amenées les intellectuels à se constituer des bibliothèques avec un ensemble d’objets,  de livres, ect… dit »  curieux  »  Les cabinets des explorateurs étant présentés en point de départ.  Une des causes de la célébrité de ses cabinets, c »est qu »on pouvait y trouver notamment des ouvrages sur les légendes des pays imaginaire comme gnomes et farfadets.

Des livres à différents prix et présentation sont proposés sur le sujet.

Racine-extrait en musique-Hydaspe

Racine, auteur du 17 ème siècle présente dans une de ses pièces de théâtre intitulé Esther , le sujet de la divinité. Cet extrait proposé en musique s’intéresse à Hydaspe,  officier de Palais intérieur.

 

Hydaspe

 

Vous savez qu’on s’en peut reposer sur ma foi,

Que ces portes, Seigneur, n’obéissent qu’a moi.

Venez. Partout ailleurs on pourrait nous entendre.

 

Aman

Quel est donc le secret que tu me veux apprendre ?

 

Hydaspe

Seigneur, de vos bienfaits mille fois honoré ,

Je me souviens toujours que je vous ai juré

D’exposer à vos yeux, par des avis sincères ,

Tout ce que ce palais renferme de mystères.

Le roi d’un noir chagrin parait enveloppé ;

Quelque songe effrayant cette nuit l’a frappé.

Pendant que tout gardait un silence paisible ,

Sa voix s’est fait entendre avec un cri terrible.

J’ai couru. Le désordre était dans ses discours :

Il s’est plaint du péril qui menaçait ses jours ;

Il parlait d’ennemi, de ravisseur farouche ;

Même le nom d’Esther est sorti de sa bouche.

Il a dans ces horreurs passé toute la nuit.

Enfin, las d’appeler un sommeil qui le fuit ;

Pour écarter de lui ces images funèbres ,

Il s’est fait apporter ces annales célèbres

Où les faits de son règne, avec soin amassés ,

Par de fidèles mains chaque jour sont tracés ;

On y conserve écrits le service et l’offense ,

Monuments éternels d’amour et de vengeance.

Le roi, que j’ai laissé plus calme dans son lit ;

D’une oreille attentive écoute ce récit.

 

Hydaspe

 

Vous savez qu’on s’en peut reposer sur ma foi ,

Que ces portes, Seigneur, n’obéissent qu’a moi.

Venez. Partout ailleurs on pourrait nous entendre.