L’Ogre et le héros-Atelier d écriture thème numéro 4: Commencer un récit:Imaginons la suite du début d’un texte inédit de pierre Gripari Le Petit Poucet

Texte de départ de Pierre Gripari:

« Le petit Poucet était malin comme un singe.Chaque matin,il partait à la chasse à l’ogre.Chaque soir,il revenait avec un ogre dans sa gibecière pour nourrir son papa,sa maman,ses six frères et cela jusqu’au jour ou la famille reçu la visite d’une commission écologique ayant pour but de sauver les ogres.  »

Suite imaginée:

L’inspecteur de la commission était un petit Monsieur à moustache,le ventre rebondi, les yeux légèrement globuleux.Il déclara au père du Petit Poucet que la chasse à l’ogre était dorénavant réglementée et que quiconque dépasserait le quota d’un ogre par an se verrait lourdement condamné.Les jours  n’étaient plus Pantagruéliques et le Petit Poucet qui attrapait les ogres pour sauver les enfants se voyait pratiquement mis au chômage technique.L’ogre avait souffert, les contes pour enfants disparaissaient et au cours des repas devant la soupe chaude on ne disait plus: »si tu ne finis pas ton assiette, l’ogre te dévorera ». Mais plutôt que : » d’autres dans des pays lointains  eux mourraient de faim et qu’il était bien honteux de ne pas finir sa soupe ». C’était il fallait bien le comprendre la fin d’un age d’or, de perlimpinpin ou du Chat botté et le Petit Poucet, les cailloux égrenés, ne ramenait dans ses courses, longues nuits dans la forêt,que de simples Lapins,braconnant les bois de ses nombreux collets.

Mais ce petit Poucet était malin comme un singe et pour ne pas se voir oublié, il dit à l’inspecteur de la commission: »Monsieur, puisque nous ne pouvons plus tuer les ogres autant les transformer.Qu’ils passent ainsi de vieille choses horribles à des êtres légendaires.Que du grotesque baveux sorte le demi-dieu, l’être monumental!

Allons, cachons les ogres et créons  les surhommes. »

Au pays imaginaire, les ogres avaient maintenant un statut.Certains les sculptaient même en pierre,colosses de granites devenant des Hercules.Alors, ils étaient beaux et couverts de muscles,le poitrail et la barbe rasés comme au premier jour.Les ongles bien taillés, la peau lavée, nettoyée par l’argile;les cheveux coupés par des ciseau magiques.Ils devenaient antiques et non bouche coutumière comme lorsque ces enfants répétaient à voix basses, perdus dans quelques champs et l’œil hébété: »Prions pour ne pas voir la maison, la bicoque du géant dégoutant à la bave salée ». Maintenant, les jeunes répétaient des Mythes d’où l’ogre, le demi-dieu, voir l’être titanesque,devant l’océan des flots, arrivait par sa force à capturer les oiseaux et le lion de Némée et les taureaux sacrés;le géant revenu de ses années d’enfer en un être de vertu au courage invincible.Et le petit Poucet riait du subterfuge se disant innocemment, les enfants vont grandir, plus de voile noir sur l’origine de l’homme,ogre dans sa caverne et recouvert de poils,voila l’ogre lustré aux couleurs idéales.Et puisqu’on ne le chasse plus, il chassera les étoiles ou les monstres inconnus que les Mythes mettent en scène.Alors, certains médusés diront de ce renouveau,c’est une statue de pierre qui conte le héros.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *