Apprendre à philosopher de Saint-augustin et de Spinoza

Après avoir entrevu jean jacques Rousseau dans la collection savoir philosopher du Monde, intéressons nous à Saint-Augustin et Spinoza, 2 livres qui permettent d’éclaircir le débat autour de la question du corpus de l’être humain.

Saint- augustin, Evêque d’Hippone (province d’Afrique et l’actuelle Algérie), en 430 après Jésus-Christ, s’interroge sur le chemin de la connaissance entre foi et raison, ce qui en quelques sortes définit pour lui l’homme de son siècle.

Ce qu’il faut rappeler avant de comprendre Saint-Augustin, c’est que celui-ci avait fait ses études et vécus à Carthage (Aujourd’hui au Nord-est de Tunis, la capitale de la Tunisie), la province romaine d’Afrique qui pouvait être considérée comme le centre de pensées culturelles s’affrontant, la culture romaine paienne et la pensée Chrétienne des premiers siècles. Une sorte de capital richissime.

Saint-Augustin dans un questionnement existentiel et partisan de la doctrine de Mani, une sorte de secte pour laquelle le monde était séparée entre le bien et le mal s’interroge sur la place de Dieu dans la vie humaine.

C’est un long cheminement pour lui du manichéisme (2 principe divins, l’un bon l’autre mauvais) , au néoplatonisme (Dieu, une idée suprême) au Christianisme (1 seul dieu et il est bon ) .

Mais ce qui est intéresse le corpus humain, c’est la question ontologique (Qu’est ce que l’être ? ). Saint-Augustin recherche l’être à travers la nature du temps et sa relation avec l’éternité.

Alors que pour Aristote le temps sa durée s’identifie à un mouvement dans l’espace, pour Saint Augustin le temps, la durée à lieu en nous.

Cette pensée de Saint-Augustin est très forte car de là on peut supposer que les réponses à nos questions qu’elle soit d’ordre philosophique, intellectuel, physique (Cas des maladies )  se trouve en nous-mêmes.

Le corpus humain si l’on en suit Aristote et Saint Augustin se trouverait donc dans les étoiles et en nous-même.

Baruch Spinoza, philosophe, penseur du 17 ème siècle des provinces unie (Pays-Bas) est un successeur de Saint-Augustin en ce sens que lui aussi s’intéresse au corpus humain à travers la connaissance des essences ou formes intérieurs des choses. Il faut rappeler que Baruch Spinoza souffrait de la tuberculose après qu’il ait eu de nombreux morts dans sa famille.

Pour Spinoza et c’est une interrogation de son siècle, dieu est dans la nature, c’est donc dans ce rapport avec la nature qu’il faut chercher réponse à nos questions. Spinoza distingue l’un et le même à travers l’étendue (forme, taille) et la pensée (Croyance, désir)  et la substance de l’être et ses attributs. Suivant un autre philosophe René Descartes, il distingue en l’être humain  l’esprit d’un individu et le corps d’un individu.

C’est là que le sujet du corpus humain prend sa source car pour Spinoza, la génétique est  la cause la plus proche qui touche  l’homme mais cette génétique n’est pas comme on l’entend parfois aujourd’hui biologique (analyse de sang, ect )

Cette  cause la plus proche, cette cause génétique peut-être entendu comme une personne, un objet, un groupe d’individu, une pensée, un dieu, une nature, ect……

C’est un peu la recherche de beaucoup de philosophe à travers les siècles.

Ces 2 penseurs sont donc important pour comprendre que la vie ne résume pas à un carcan biologique et que le Corpus de l’être chemine de tout temps entre foi, croyance  et raison.

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par François Térrog. Mettez-le en favori avec son permalien.
Photo du profil de François Térrog

A propos François Térrog

Mr Gorret François écrivant et chantant sous le pseudonyme de Mr Térrog François est un homme de 39 ans, originaire de Bretagne, qui propose des articles, des écrits, de la musique, des poèmes personnels et aussi des découvertes, des textes, des poèmes de grands auteurs ect.....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *