L’histoire de Mr Acsor

Monsieur Acsor ne comprenait pas ce qui se passait sur sa ligne téléphonique pour certains appels qu’il recevait, il avait l’impression de ressentir comme une hausse d’intensité électrique. Il avait notamment eu son cousin en ligne d’Angleterre qui lui disait qu’il passait par internet pour téléphoner. Il avait controlé le débit de la connexion et s’était rendu compte qu’en téléphonant il envoyait 150 mo de données ce qui ressemblait au trafic donnée d’une communication normale et que d’autres personnes qui l’appelaient ,envoyaient lors de l’appel en transfert de données plus de 500 mo de données. Il voyait d’ici ce que l’on pourrait appeler en jargon d’informaticien une bataille téléphonique, voir du harcèlement. De là à faire le lien entre intensité d’une communication et transfert de données, il n’était pas ingénieur mais soupçonnait certains ingénieurs peut-être de l’armée d’effectuer des analyses dans un but plus que suspect. Il attendait un nouveau téléphone fixe  pour régler ce genre de problème  qui faisait penser à se pourrait effectuer une secte archaique.

Léonard de Vinci-Livre-biographie-Sophie Chauveau

Un livre qui n’est pas récent mais  à découvrir est le livre de Sophie Chauveau Léonard de Vinci  collection biographie folio.

L’auteur s’est interessé à l’Italie de la Renaissance dans plusieurs ouvrages dont celui-ci. Elle semble défendre une position féministe puisqu’elle a participé en 2002 à la revue des temps modernes Française, chrétienne et en colère.

Cette biographie de Léonard de Vinci surprend par la crudescence des mots, une écriture présentant  des points de vue masculin et féminin qui ressemble un peu à un écrit bisexuel. Est-ce à dire que la Française chrétienne des temps modernes serait bisexuelle ? Ce n’est pas réellement le sujet de ce livre. Cet ouvrage raconte la vie de Léonard, artiste de la Renaissance né en 1452. Léonard de Vinci considéré comme un des génies de la peinture mais aussi qualifié de poète, homme de science, anatomiste ect…..

Il ne s’agit pas ici de raconter en détail le contenu de l’ouvrage. Plutôt de s’interroger sur l’origine de cette vocation d’artiste qu’on trouve ici chez ce grand peintre.

Léonard de Vinci né dans une famille plutôt aisé se voit un jour introduit dans les ateliers d’artiste de l’époque de la Renaissance Italienne grâce probablement à un talent précoce et à quelques relations. Sa vocation d’artiste apparait plus concrètement après un scandale qui secoua la ville de Florence comme cité riche voyant des familles s’affronter à travers de violentes accusations conduisant à un procès. Des accusations de sodomie dites « sodomies collectives ». Une accusation fréquente à l’époque de Léonard de Vinci. Ce qu’il faut noter ici, c’est que ces accusations de sodomie sur de jeunes personnes de sexe masculin eurent lieu en avril et pour Léonard de Vinci le procès eu lieu le 8 avril 1476.

Cette accusation à l’encontre de l’artiste modifia t-elle sa vie ? Sa vie familiale en souffrit probablement et l’auteur de la biographie y voit comme une sorte de condamnation à refaire.

Des descriptions des peintures de Léonard au cours de sa carrière s’interroge notamment sur les tableaux de Madones ou encore la cêne, dernier repas du christ.  Une vie comme composant entre art Italien et art français notamment à cause des affrontements guerriers dans certains territoires.

Pour conclure, un livre interessant à découvrir pour avoir un aperçu de la légende de ce grand peintre.

Du poète et de son combat avec le démon (II)

Nous avions vu dans un précédent article présentant le livre de Stephan Zweig Combat avec le démon que le poète pris comme par un tourment était dans l’attente d’un jugement.

Cette question du jugement est plus complexe qu’il n’y parait. En effet, à la lecture de la poésie de Joachim du Bellay, poète Angevin de la Renaissance , celui-ci nous éclaire dans un de ses poèmes en décrivant en quelques vers la situation du poète. En effet, le poète aurait en fait et ce sont ses mots « hérité de 100 procès ».

On comprend la difficulté pour certains poètes dans leur vie quotidienne et ce qu’y a pu arriver à certains d’entre eux, notamment ceux célèbres à travers les siècles. Joachim Du Bellay ne donne pas de solution claire dans cette situation. Néanmoins, on le comprend ce poète comme d’autres poètes présente un questionnement de son siècle, un questionnement qui n’est pas éloigné de notre société moderne avec ses situations de procès  très médiatisés qui font parties du quotidien de la société.