La magie et son interprétation

Comment est interprétée la magie à travers les siècles, dans notre monde moderne ? Est-elle reconnue ou considéré comme indésirable ?

C’est une perspective historique qui peut nous permettre de répondre à cette question. Bien sur il ne s’agit pas là de décrire à travers une étude des civilisations la perspective magique mais plutôt de s’interroger sur l’histoire de nos pays européens.

La question de la magie ou mageia semble apparaitre dans la période qui va de l’ombre à la lumière. Et de la question de l’acte de divinité, de la clairvoyance  et de l’oeil maléfique.

C’est la question de la magie médiévale et du monde romain. Les persécutions de sorciers et sorcières entre le 12 ème et 14 ème siècle voir de nécromans (Corps et divination ) .

La position de l’église médiévale sur ce sujet est une opposition à la magie.

Mais les recherches médiévales de différents auteurs allant des franciscains à Saint Thomas D’Aquin amène à faire évoluer cette question.

Une distinction semble faite entre la magie naturelle qui est celle par exemple des herbes, des plantes et des pierres et la magie démoniaque celle du démon, de l’invocation du démon.

La science telle qu’elle est alors pratiquée (astronomie, alchimie, astrologie ect…) cherche à distinguer une idée naturelle de la magie à une magie pernicieuse de rituelle, que les nécromans effectuent en échange de faveur.

Cette distinction pour l’église repose sur l’assimilation de l’ancienne philosophie avec des auteurs comme Aristote ou la magie est considérée comme naturelle.

La question que l’inquisition à la fin des persécutions pose en exemple, une inquisition probablement moins violente que celle des débuts est la suivante

C’est Nicolas Eymerich qui l’exprime dans un directorian inquisitorum et l’étude des livres de confessions des nécromans. Il ne faut pas que la magie affecte la pensée et le corps des individus dans l’illusion, une illusion de la réalité. C’est le danger des nécromans qui font un peu penser à ce que pourrait exécuter un médium de nos jours.

Le démon et les sorciers étant vues par l’église comme un nombre dans une province qui concerne un troupeau. C’est la suspicion d’hérésie.

L’église conseille de ne pas s’éloigner du rituel sacré orthodoxe.

La magie est t-elle donc une hérésie ? L’interprétation de ce qui est considéré comme démoniaque et relevant du démon est fluctuante historiquement. En effet, cela dépend en partie de l’interprétation du Pape et de ses institutions. En effet, pour certain Pape se qui serait classé de l’ordre du démon est pour d’autre Pape une magie naturelle.

La magie telle qu’elle peut-être entrevue à travers les siècles serait donc une question politique ( Cas des politiques inquisitrices comme des politiques libérales.)

En effet, pour l’inquisiteur c’est à travers une office que celui-ci exécute ses décisions et c’est la vertu de son office qui est concernée. Mais, c’est aussi une pratique dangereuse et préjudiciable car l’inquisiteur effectue son travail à travers un procès secret. On parle alors d’exofiquio.

La magie est donc interprétée différemment selon les époques et les situations.

 

 

 

 

L’horrible histoire de Mr Liberté

Monsieur Liberté avait passé un mauvais week-end. Au départ de sa famille pour les vacances, il s’était senti harcelé subitement. Il avait l’impression d’entendre quelqu’un lui faire des remontrances. De même, il sentait comme des brulures dans son dos. Il pensait que ces pratiques du Moyen-age avait été aboli. Il se demandait qui pouvait bien l’agressé comme cela. A l’extérieur de chez lui, il avait entendu comme un gloussement, un rire de personnes passant devant chez lui. Etait-ce un curé qui effectuait ce genre de sorcellerie ? Ou un groupe de sorcier ? Une secte ? Il se disait comme autrefois que le responsable mériterait qu’on lui coupe la tête. Bien sur la peine de mort n’existait plus mais dans cette situation horrible, il aurait aimé qu’on l’applique. .

 

Entendement (Poème version guitare électroaccoustique)

Une nouvelle version de mon poème entendement en électroaccoustique que vous pouvez découvrir ci dessous. (Casque audio ou baf stéréo conseillé).

 

Dans les sommeils de ces vies

Au rêve bleu qui nous saisit

A l’entendement est-ce revoir

L’air des cieux dans un regard

 

En marchant aux fortes victoires

De l’athénée au ciel d’un soir

De l’âme belle

Au cheval blanc

Licorne de l’amour chantant

 

Et de planètes cosmographiques

Aux noirs abimes  du sceau inverse

Un mont de dure humanité

Jusqu’au soleil glacé

 

Rouge de feu en oriflamme

Quelle est donc la beauté de l’âme

Dans la joueuse atmosphère

Des choses de l’ordinaire.

L’étrange histoire de Mr Arkrod

Monsieur Arkrod était un homme d’environ une cinquantaine d’année, il avait eu un passé glorieux dans un métier qui lui avait rapporté beaucoup d’argent. Il ne manquait de rien mais depuis une dizaine d’année à cause d’un problème amoureux il était suivi par un groupe de psychiatre pour un trouble de la personnalité. Or cette situation avait fait le vide autour de lui. Le psychiatre n’étant pas vecteur de compagnie retrouvée.

Un soir alors qu’il rentrait chez lui après un voyage d’affaire, il se décida pour ouvrir un nouveau sachet de café, une marque qui parlait d’un café fait maison. Fallait-il être de la maison pour boire ce café, il en souriait un peu.

Il se prépara ce café et en bu une tasse puis 2 puis 3 et la soirée passa. Bientôt, il fut pris de sorte de colique néphrétique. Il se dit que lors de son voyage il avait du manger un aliment peu comestible. Il se coucha et se sentait comme dans un rêve étrange accompagné de visages inconnus qui le regardaient. Il s’endormit dans son vaste appartement, il était seul et dormit mal. Le lendemain, il se leva indisposé mais plutôt joyeux. Il se servit à nouveau un café puis un autre et la journée passa accompagnée de lecture et d’amusement divers. Il avait prévu de sortir le lendemain. Le deuxième soir, il fut pris de sorte d’hallucination. Il entendait comme une voix lui disant de s’ouvrir les veines. Il connaissait ses histoires de baignoire avec ses hommes couverts de sang.

Il prit un bain mais la voix persistait. Il dormit mal, bu un autre café et s’endormit.

Le troisième jour, il se sentait comme un peu paralysé au niveau de l’estomac. Mais, il sortit néanmoins et passa la journée dehors. Son estomac n’allait pas mieux. D’un coup, il regarda le sachet de café ouvert sur la table, l’observa et trouva que sa couleur opiacée était suspecte comme un café brassé avec une substance étrange. D’ailleurs, il ne reconnaissait pas le paquet. Finalement, il le jetta prévint son médecin, acheta un autre sachet de café dans une boutique en bas de chez lui. Et la savoura, un bon café.

Se demandant si on n’avait pas cherché à l’empoisonner, il appela une de ses relations un détective privé qu’il payait quelquefois. Il avait maintenant retrouvé ses facultés physique et cela ressemblait à un mauvais souvenir. Le détective privé le rappela finalement lui indiquant dans un filet de voix qu’après enquête, il arriva sur la trace d’un médium mêlée à ces histoires et payés 1300 euros les 240 minutes de séance mais qu’il n’en savait pas plus.

Monsieur Arkrod n’allait pas plus loin dans l’enquête demandée au détective et engagea un  domestique.