Le vampire et le phénix-histoire de l’épée perdue

Dans les soirs de nuits étoilées, on conte parfois d’étranges histoires comme celle du vampire , du phénix et de l’épée perdue.

Dans le ciel de nos destins brille  un chandelier, un chandelier à 3 branches, c’est dit-on dans les contrées, le chandelier du vampire. Peut-être un chandelier hébreu ou plus ancien encore, garde à ceux qui suivent ce chemin, c’est le chemin des morts et de la morsure noire.

De l’autre coté de l’horizon, on peut aussi entrevoir un grand phénix, étrange métamorphose de l’oiseau de feu. Est-ce l’immortalité qui se quérit là ?

Et au milieu de ces 2 images de l’emblemata, il est raconté qu’on peut  trouver un trésor. C’est l’histoire de l’épée perdue. L’épée foudroyante comme le vent qui souffle.

Un jour un jeune chevalier trouva cet épée, on entendit des murmures puissants, comme un combat venant de l’autre monde. Diable et diabolique diablotin, magie d’éclair et de chant lointain. Et dans cette joute de corps et de matière, il est dit que le lendemain, le ciel en serait plus pur comme un bleu de satin.

De la géographie temporis

S’ il existe une géographie de matière comme des collines, des landes ou des plaines. Il existe aussi une géographie spatiale. Et cette question de la géographie spatiale qui pose interrogation en ce 21 ème siècle.

Quand on évoque la géographie spatiale, on en revient à Strabon, un géographe grec né en 64 avant jésus-christ dans des ouvrages divisés en 17 livres, ouvrage qu’il est possible de trouver dans le commerce à un prix un peu expansif.

Mais qu’est ce que la géographie spatiale ? Est-ce une géographie des astres ? Une géographie de la temporalité , plusieurs temps se déclinant dans une même géographie ?

Dans les années 2000, des groupes de géographes se sont intéressés à cette question mais d’après leurs articles de recherches en excluant l’histoire de la géographie spatiale pour une étude sociologique évolutionnaire. Ils sembleraient que ces géographes voulaient étudier la spatialité à travers l’étude d’une société. On comprend alors le but du tris écologique de l’analyse des déchets depuis le 19 ème siècle. Cette approche sociologique évolutionnaire peut-être dangereuse car elle nous éloigne de l’humanité alors que l’approche historique de la géographie comme le proposait Strabon nous rapproche de l’être humain.

La question en suspend et non expliqué et vu dans de nombreuses séries américaines est: Est-ce qu’il existe des portes dans cette temporalité géographique ? Des passages d’accès d’un monde à un autre ? Ce ne serait pas alors une question évolutionnaire mais plutôt une question de liberté et sécurité de frontières.