Des événements meurtriers du 13 novembre et de la poésie

De tristes évènements se sont produits le 13 novembre 2015 à Paris comme vous le savez certainement au Bataclan, près de République, Nation et au stade de france, condoléances aux familles des victimes.

Des poèmes sont présentés ce week-end dans le journal ouest-france pour rappeler que la France est avant tout une terre de liberté.

Mais ces évènements, s’ ils ont besoin du soutien de la poésie pour exprimer la douleur ressenti ne reflète pas moins une réalité décrite par certains politiciens il y a quelques années de cela à savoir le problème des abus de concerts et spectacles.

En effet, avec le nombre de concerts présentés chaque année en France depuis les années 1990 de même pour le rythme effréné des calendriers sportifs, il ne faut pas s’étonner de se retrouver en face d’attentat à la vie humaine. Cela reflète, un problème non réglé depuis 1980 et l’ouverture des frontières. Le terrorisme de l’intérieur. En effet, si l’homme peut voyager plus librement ainsi que les objets c’est  son retour de  voyage qui pose question. Ainsi, ces personnes sont mortes peut-être parce qu’elles avaient voulu voyager en dehors de leur quotidien, écouter une musique ,  regarder des joueurs de foot, prendre un verre dans la rue.

La grande question poétique est plutôt celle de l’esclavagisme et de la récupération des idées des combattants de l’esclavage par des esclavagistes cachés sous des livres et des thèses. C’est le questionnement d’une société, car l’esclavagisme amène le terrorisme, une société basée sur le mensonge depuis des années.

De la présentation de mes albums de musique Jamendo et du détournement commercial

Si vous consultez la présentation de mes albums de musique Jamendo, vous pourrez constater des mots clés un peu étrange par rapport à ma musique. Par exemple sur l’album de l’eau delà, un mot clé, indiqué est celui « d’horror ». Si le mot en français aurait un sens poétique, en anglais il ressemble à un synonyme d’horreur. Ce n’est pas le but de l’auteur de cet album, il s’agirait plutôt d’une pop folk gothique.

Le qualificatif horror est un mot clé que j’ai peut-être validé une fois lors de la gestion des mots clés. Il n’est pas représentatif du travail sur celui-ci. Il s’agit plutôt d’un détournement commercial du service Jamendo.

De même, sur l’album de l’amour courtois, le mot clé hip hop n’est pas représentatif du travail effectué sur l’album de même que le terme male. Il s’agit plutôt d’un album folk moyenâgeux.

Vous pourrez certainement constater d’autre anomalie de mot clé dans la présentation des albums que Jamendo mettra probablement à jour à la fin de leur prospection commercial. Mais, il n’y a pas d’accord commercial sur l’utilisation de ses mots clés.

 

 

Polar-L’histoire de Jonathan et sa mère

Jonathan, un jeune garçon de cinq ans ne comprenait pas ce qui arrivait à sa mère. Il était tranquille dans sa chambre et s’entend bien avec elle mais par moment, elle changeait de comportement, s’énervait devenait furax et nettoyait sa chambre violamment en proférant des insultes.

Elle disait qu’elle était inquiète, inquiète pour lui. Jonathan ne comprenait pas qui était ce lui ? Qui était comme lui disait sa sœur, ce mec ou cette bonne femme qui accaparait sa mère cela retombant sur lui ?

Un de ses amis, un peu plus âgé dans la cour de récréation lui disait ne t’inquiète pas, ces gens,  » ils ont fait cela à plein de personne », on s’en occupe.

Mais que faire demandait Jonathan ?  Son ami qui lisait beaucoup de polar, lui disait ce mec qui ennui ta mère, ou cette bonne femme, il faut les descendre, tu verras après elle sourira.

Quelques jours passèrent, on entendit un coup de sifflet strident inhabituel annonçant la fin de  la récréation. Jonathan vit son ami venir et lui dire discrètement,  » s’ayait on les a descendu ».

Jonathan qui à 5 ans était un peu plus intelligent que les autres enfants de son âge. Se demandait si cela était vrai ?

Il y eut une pluie importante ce jour là et un peu neige et étrangement dans la maison de Jonathan, sa mère ne s’énervait plus, lui parlait normalement, discutant de liberté, qu’il ne fallait se laisser faire, que la vie était un beau combat.

Jonathan riait sous sa cape, il se demandait s’il avait bien enterré ce mec et cette bonne femme.

La rubrique nécrologique ou il jeta un œil un matin lui fit se dire que ce mec et cette bonne femme était bien mort et que sa mère ne serait plus inquiète.

 

Nouvel album Jamendo François Térrog-La merveille

Un nouvel album Jamendo de ma composition avec une nouvelle pochette, déposé sur le site Jamendo version bêta, il n’y a pas à ce jour de widget directement sur le site.

Pour ce qui est de Jamendo, leur présentation de l’album à cette adresse que je vous invite à découvrir est intéressante https://www.jamendo.com/album/153844/la-merveille

Un bémol cependant, au moment de la mise en ligne sur Jamendo session de mon album. 3 chansons ont disparu. Ce n’est pas la première fois. J’ai du les remettre. Des risques donc de tentative de vol de musique.