Parution prochaine de mon nouveau livre de poésie-Les mortelles de la nuit.

Voilà, mon nouveau livre de poésie appelé les mortelles de la nuit  est déjà présenté sur ce site en image dans la sélection des ouvrages.

J’en ai parlé précédemment sur  ce site-blog. Il s’agit d’un ouvrage  se voulant comme une épreuve conclusive après 4 années de poésie.

Un travail effectué parfois dans la difficulté, de santé, financière mais aussi dans la joie créative. L’art n’étant-il pas ce chemin qui permet de se connaître ?

 

Les Mortelles de la nuit

Knight

 

Quatrième de couverture

 

Que pensez-vous de l’autre mort,

demanda le jeune homme , au poète ?

C’est un abîme noir lui répondit-il.

Une âme obscure que le temps n’a pas dévoilée.

Un sombre terreau sur un toit du monde.

Et au milieu cette pensée électrique,

de feu et de flammes

ou le semblable attire le semblable.

Ainsi, vos mortelles pensées, de dames mortelles,

sont la caution du jour.

Étaient -elles près des dieux? C’est là le chemin divin. Sont-elles emprisonnées ? C’est là le chemin du sort.

Le monde à votre enchantement…….Thanatos et Eros en un poème aimant.

 

 

 

 

Du métamorphe-poème en chanson

Ne pouvant écrire à ce jour qu’au clavier virtuel mon clavier analogique ayant un bug, je dépose un petit poème en chanson sur la poésie métamorphe qui est à mon sens une des poésies du futur.

Du métamorphe

 

Dans les mystiques chansons

Il y a plus d’airs que de raison

Car la raison qui s’achève

Est une chanson qui se lève

 

Le ciel avait beau bleuir

Comme des cendres figées dans les airs

Glacier des beaux empires

Qui fondent du rêve la matière

 

Voyant l’exemple de lui-même

Parmi l’exemple de l’emblème

La joie, le sourire sur les joues

Dans ses semblables au sens offrant

 

Il s’était dit qu’un jour revenant

Il aurait fait d’une simple histoire

Revenir le sang de ses mémoires

 

Mais parfois voilà que triste mine

Assombrisse le feu de flamme

Alors d’un rêve, ils réécrivent la mystique de l’âme

 

Ils sont chercheurs pour un présent

Qui demanderait aux obligeants

Un désir dans le futur

Telle est métamorphe la blessure.