Imaginer la bible: Le sens de Judas

Je suis Paul Quintilus, citoyen Romain, parlant de la, entre l’an 30 et 33 selon votre ère et je m’en vais vous conter l’histoire de Judas Iscariote tel que je l’ai entendue, histoire que racontaient les légionnaires.

C’était lors d’un temps de grâce, un homme appelé Jésus, accompagné d’un cercle bientôt nommé Apôtres, faisait en un royaume de Judée des Miracles.

Tant et si bien qu’un soir, en plaisanteries joyeuses, pour un grand banquet  fêtant la mort du sort, un jeune apôtre nommé Judas, de mots prononcés fut le premier ou le treizième si l’on en croit le temps.

Jésus s’étant alors exprimé par  une parabole en être voyant qui symbolise les choses: « l’un de vous me trahira, livrant le fils de l’homme ».

Judas voulant faire impression se réclama  du sacrifice ultime et dit:  » se sera moi ».

Jésus lui répondit: « Tu l’as dit »

En cette époque, ces mots avaient la force de lier dans la parole la chair, le verbe au corps.Et comme un théâtre des temps qui lance un mauvais sort, le jeu devint  chose réelle.

Judas fut retrouvé au jour un peu après ou il accepta des grands prêtres de livrer ce Jésus pour 30 pièces d’argents.Ainsi est-il dit « celui là fut évalué ».Son âme aurait un prix, l’acte d’une vérité.

« Malheureux celui qui livre le fils de l’homme

dans le royaume du père point d’arrivée affreuse ».

Et Judas sursauta, un autre Juda  lui répondit: »On a pris  deux de mes fils ». Genèse qui interroge la nature de l’esprit.

Il embrassa Jésus,baiser du condamné, le désignant aux gardes.Ce Jésus conduit jusqu’au gouverneur Pilate pour finalement mourir en être  crucifier.

Judas prit de remords à l’idée de faire de sa tribu une race maudite voulut laver son pêché.

Mais les hommes du temple le rejetèrent vivement le laissant à son sort.

Alors, il se pendit non loin du grand sanctuaire ou 30 pièces d’argents sonnaient matière trébuchante.

Ainsi, finit l’histoire de Judas Iscariote mais de l’extraordinaire on conte une légende. Avec 3O pièces d’argents les prêtres achetèrent un champ à un maître Potier comme pour faire de la terre un passeur de sang.

Il est dit que celui-ci ayant peur du pêché,  exécuta un vase qui fut rempli d’encens et de parfums joyeux et bien vite déposé sur la tombe de l’homme sacrifié.

Un miracle survint et le vent parle de ceux qui louèrent le seigneur, livrant le fils de l’homme de la terre à l’esprit.

 

 

Le baiser touchant le poète

Je suis le baiser

En brume lacrymale

Le baiser touchant le poète

 

J’ai mon histoire

Aux heures idéales

Ou l’amour câline

La beauté de l’être

 

Je suis le baiser

Qui a un gout ancien

Suave, mélancolique

Sexué et secret

Ombre d’un chant disparu

De murmures corporels

Je suis le passager

Sur le chemin du guet

 

Pourrais-je tuer l’artiste

A embrasser la flamme?

Un beau souvenir de l’âme

En jeu  de la rencontre

 

Je suis le baiser touchant le poète

De celui que n’oublie le temps dans ses outrages

Le caprice lointain

Que chante le rivage

Et qui d’un beau langage

Fait le charme certain

 

 

Lecture du poème Lecture-le baiser touchant le poète-Clip audio 262

Interprétation musicale du poème avec un air tout simple Le baiser touchant le poète-Clip audio 261

Minuit dans le jardin

Il est déjà presque minuit

Et j’entrebâille la porte grinçante

De ce bois qui aimante

Une sorte de poutre et des marches de pierre

Peut-être des ardoises

Quel étrange atmosphère

Sous la nuit étoilée

 

En plein milieu du jardin

Se dresse un poirier

Qui donne des poires murs

De tours constituées

Cercle du fruit qui s’étale

Dans la fraicheur de l’herbe

 

J hume le soir et me demande

Combien ici sont-ils venus?

 

Les buissons parlent d’hommes disparus

Et du jour qui hante

 

Terre chère au cœur

Pour l’esprit

Un linge blanc tournoie doucement  sur une corde

Le mur de pierre semble sourire

Frisson sous le vent assoupi

 

L’arbre s’incline

Vers un désir

Celui de mon panier d’osier

 

Lecture Minuit dans le jardin-Clip audio 267

Du paysage choisi

Lecture-Du paysage choisi-Clip audio 266

 

Les veines du ciel

Eclairaient celui-ci

Et je pensais que vienne

Le paysage choisi

A l’abri d’un jardin

Aux couleurs mirifiques

Voir de fleurs et verdures

Des parcelles habitées

Près d’un bosquet des pierres

Et une treille ou se glissent les  vignes

Jouer à des jeux chantants

Au abord de fontaines

Et dire éternellement

La beauté du je t’aime

Aux jolis paysages

Que l’âme imagine

Mie qu’on voudrait inviter dans ces lieux

Quand le charme est heureux