Interprétation musicale d’un poème de Victor Hugo-Autre chanson

  • Beaucoup de petits airs entrainant en ce moment,je propose donc de nombreuses interprétations musicales  de poèmes en voila un de Victor Hugo.L’enregistrement est toujours fait avec les moyens du bord mais cette version a un style relativement frais avec une guitare en sourdine et la voix.

 

 

Autre chanson

L’aube naît, et ta porte est close !
Ma belle, pourquoi sommeiller ?
A l’heure où s’éveille la rose
Ne vas-tu pas te réveiller ?

Ô ma charmante,
Ecoute ici
L’amant qui chante
Et pleure aussi !

Tout frappe à ta porte bénie.
L’aurore dit : Je suis le jour !
L’oiseau dit : Je suis l’harmonie !
Et mon coeur dit : Je suis l’amour !

Ô ma charmante,
Ecoute ici
L’amant qui chante
Et pleure aussi !

Je t’adore ange et t’aime femme.
Dieu qui par toi m’a complété
A fait mon amour pour ton âme
Et mon regard pour ta beauté !

Ô ma charmante,
Ecoute ici
L’amant qui chante
Et pleure aussi !

Interprétation d’un poème de Victor Hugo-Autre chanson

Clip audio 97(1) – Copie-Victor Hugo-Autre chanson

Autre chanson

L’aube naît, et ta porte est close !
Ma belle, pourquoi sommeiller ?
A l’heure où s’éveille la rose
Ne vas-tu pas te réveiller ?

Ô ma charmante,
Ecoute ici
L’amant qui chante
Et pleure aussi !

Tout frappe à ta porte bénie.
L’aurore dit : Je suis le jour !
L’oiseau dit : Je suis l’harmonie !
Et mon coeur dit : Je suis l’amour !

Ô ma charmante,
Ecoute ici
L’amant qui chante
Et pleure aussi !

Je t’adore ange et t’aime femme.
Dieu qui par toi m’a complété
A fait mon amour pour ton âme
Et mon regard pour ta beauté !

Ô ma charmante,
Ecoute ici
L’amant qui chante
Et pleure aussi !

Retour sur le trentième marché de la poésie Du 14 au 17 juin 2012

Une manifestation importante à Paris pour qui veut se rendre compte de la réalité de la poésie en France.Ce qui apparaît à la visite des salons,c’est qu’il y a plus d’éditeurs de poésie qu’on peut le penser.Après s’être procuré le petit  livre magique pour la modique somme de 2 euros regroupant les éditeurs avec leurs coordonnées et numéros de stand,nous commençons notre visite.Rencontre et discussion avec un éditeur qui semble parier sur la jeunesse ou tout du moins sur les nouveaux poètes avec sa maison d’édition Mémoire vivante.Une collection de livre assez importante est présentée avec une couverture grise à encadrement rouge qui fait plutôt bonne effet.Après quelques vadrouilles sur d’autres stands  avec notamment Obsidiane  et William blake and co ou des ouvrages plus intellectuels semblent être sur les étales,un stand attire l’attention c’est  celui d’une Maison d’édition du Luxembourg , les éditions Phi qui présente une collection poétique avec des couvertures amusantes et plutôt jolies la collection graphiti avec la découverte d’un poète à l’ écriture pleine de mystère,Philippe Namur.

Un seul bémol sur cette journée du Dimanche après-midi,le marché de la poésie attire les personnes d’un certain age mais n’étant pas présent les 2 premier jours cette tendance n’est pas forcement la réalité de cette manifestation. Faut-il avoir réfléchis avant de devenir lecteur de poésie, avoir une certaine expérience de la vie, c’est peut-être la  question. Nous finissons cette journée par une visite d’une petite exposition photo  dans l’impressionnante, du dehors, église de saint Sulpice.

 

Interprétation d’apparition poème de victor Hugo

Clip audio 98      

Apparition

Je vis un ange blanc qui passait sur ma tête ;
Son vol éblouissant apaisait la tempête,
Et faisait taire au loin la mer pleine de bruit.
– Qu’est-ce que tu viens faire, ange, dans cette nuit ?
Lui dis-je. – Il répondit : – je viens prendre ton âme. –
Et j’eus peur, car je vis que c’était une femme ;
Et je lui dis, tremblant et lui tendant les bras :
– Que me restera-t-il ? car tu t’envoleras. –
Il ne répondit pas ; le ciel que l’ombre assiège
S’éteignait… – Si tu prends mon âme, m’écriai-je,
Où l’emporteras-tu ? montre-moi dans quel lieu.
Il se taisait toujours. – Ô passant du ciel bleu,
Es-tu la mort ? lui dis-je, ou bien es-tu la vie ? –
Et la nuit augmentait sur mon âme ravie,
Et l’ange devint noir, et dit : – Je suis l’amour.
Mais son front sombre était plus charmant que le jour,
Et je voyais, dans l’ombre où brillaient ses prunelles,
Les astres à travers les plumes de ses ailes.