Salieri, le Mal Aimé de Dieu

 

Le Lucernaire (Paris) Du mardi au samedi à 18h30

Du 1er juin au 27 août 2011

 

Auteur: Jean HACHE

Mise en scène: Jean HACHE et Roland HERGAULT

Distribution: Jean HACHE/Salieri

Durée: 1 heure 10

 

Que dire de cette pièce qui nous parle d’un temps de musique.

Elle a des atouts et des inconvénients.

Ses atouts sont à placer du coté du voyage. Qui n’a jamais pensé au génie qui se lève?

Partant d’un siècle ou le compositeur classique voulait créer des merveilles.

Un brin de romantisme et nous voila déjà entendant Salieri avec en écho des musiques de Mozart.

L’acteur sait glisser cet esprit dans son dialogue. L’auteur ne doit pas y être étranger.

Les inconvénients sont à placer du coté du mélange qui est présenté. Saliéri dans une sorte de transe  macabre se remémore son passé et voir le mal apparaitre ne procure pas forcement de sensation de plaisir. La comtesse évoquée par instant est l’inspiration de cette bassesse qui était peut-être  monnaie courante en cette époque. Dieu seul le sait.

Mais on sort de ce dilemme avec une touche de légèreté qui pourrait certainement être appelée fait de théâtre.

Du discernement de Socrate à Descartes

En se référant au Ménon, dialogue de Platon,Socrate propose à un jeune esclave de concevoir un carré dont la surface serait double.

Si cette expérience peut faire plonger dans la réminiscence.Elle porte d’abord interrogation sur la notion de discernement.

Le discernement se définit comme la séparation de ce qui est confondu avec autre chose.

Léon Brunschwicg citant Descartes rappelle alors que celui-ci: »avait discerné,……………,le point où s’établit la liaison de la mathématique et de la physique,c’est la notion de dimension ».

Ayant lu Descartes,cette question peut-etre envisagé de façon spirituelle.Ainsi,aujourd’hui, l’apparence de la vie quotidienne ne nous détourne t-elle pas du « discernere »?

Le chemin d’une lumière avance probablement en ce sens de

« Voir est dimension du possible »

Reste à s’interroger sur croyance,science et magie mais c’est un autre article.