Illusions perdues-les 2 poètes-Un grand homme de Province à Paris Honoré De Balzac

Balzac présente sous le titre Illusions perdues -Dans les deux premier épisodes , l’ascension et la chute d’un jeune poète Lucien Chardon dit Lucien de Rubempré.Le livre est intéressant puisqu il expose avec une cruelle ironie , le monde de l’édition et la société au 19ème siècle.Ainsi Libraires, journalistes,éditeurs, politiciens et  effets de commerce font bon ménage dans ce roman.

Balzac qui dans les Chouans faisait foi des mystères entourant la province, change son fusil d’épaule dans cet écrit.Ainsi, l’arrivée à Paris du jeune Lucien et de sa dame de coeur Madame de Bargeton est décrite comme celle de Provinciaux mal habillés et faisant pale figure dans le monde Parisien.Les parisiens du 19 eme siècle avaient- ils le monopole du gout?Rien n’est moins sur.Encore faut il lire la Théorie de la démarche que Balzac écrivit en son temps.Ce qui est très présent dans ce livre c’est le souci monétaire.L’auteur lui même en proie à des soucis financiers lors de l’échec de sa maison d’édition à peut être voulu  montrer l’envers du décor.En effet, dans ce livre presque tout les personnages semblent menés et sous le joug d’intérêts financiers.L’argent mène le monde pourrait-on dire à la lecture de l’ouvrage.Néanmoins, Balzac apporte par touche une valeur morale pour l’écrivain, le poète.Elle est représentée par le Cénacle, sorte de groupes d’artistes dirigés par une figure charismatique D’Arthez.Elle fait alors l’éloge voilé du travailleur solitaire, échappant aux mondes du luxe et de la frivolité pour créer son œuvre.

Gageons que l’épisode 3 les souffrances de l’inventeur soit aussi intéressant.

La muse oubliée

Dans demeures et boutiques
se cachent  ces vieilleries
sortes d’objets antiques
d’un age que l’homme oublie

Ainsi fière et trônant hier
la chose est remisée
au fond d’un bric à brac
de couleur violacé

C’est que les améthystes ne sortent des cavernes
que pour offrir aux yeux
l’éclat du temps ancien

Et c’est en un éclair
que se jouent leur destin
Lorsque l’âme mutine du curieux dénicheur
caresse d’un sens tactile
la muse de son coeur

(Térrog, la muse oubliée)

Soleils couchants Verlaine

Interprétation un peu chaotique du poème de Verlaine, modifié pour quelques phrases, en 2 versions mais l’esprit est la alors je les dépose sur le blog.

soleil-couchant-version-aigu.1289758232.mp3

soleil-couchant-version-grave.1289758437.mp3

Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon coeur qui s’oublie
Aux soleils couchants.
Et d’étranges rêves
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
À des grands soleils
Couchants sur les grèves.

Paul Verlaine (Poèmes saturniens)

La légende de la mort

Pour ceux qui aiment la Bretagne et s’interrogent sur ce particularisme qui la caractérise; un livre intéressant trouvable en ce moment dans les presses et au quai des gares,La légende de la mort D’anatole Braz.Il s’agit de multitudes de témoignages et de récit recueillis en Armor et en Argoat,transcrits et fidèlement traduits du Breton.Il raconte le rapport qu’entretiennent les Bretons avec la mort.Ainsi, vous entendrez parler des intersignes, sortes de signaux qui annoncent la mort.Les proches sont  prévenus par des voies mystérieuses.Par exemple lorsqu’un courant d’air vous enveloppe alors que toutes les fenêtre sont fermées.Vous ferez aussi connaissance avec l’Ankou sorte de faucheur qui vient chercher les vivants.Vous serez curieux devant l’agrippa, livre censé contenir les démons, le commerce du diable.

Bonne lecture………….