Le papillon de François Térrog (1er lecture audio)

J’entame avec ce poème une série de lecture audio alors bonne écoute.

François Térrog-Le Papillon

Joli papillon

Du pré qui vole l’âge

Phalange un  Marathon

Touché  ce bleu rivage

Mai s ciel un jour si  blanc aux ailes immaculées

Devient parfois si sombre comme feuilles tachetées

De l’ombre à la lumière

Le souffle de l’identique

 

Belle prairie épand

Le battement…., phalènes

Précoces comme une ondée

Printanières  au demain

La jaunâtre lumière

Tel un fuseau vert pâle

Vous dites-vous peut-être ?

Et vous avez raison

Tant de  vers l’ont écrit

Ou simplement décrit

 

Le meilleur est en nous-mêmes

Et de ces quelques mots

Quand  arrive mon poème

Le papillon éclot

Le gisant

Lecture Le Gisant-Clip audio 293

 

Je suis le gisant

Qui vous regarde de par les ans

De mon tombeau , sépulcre

 

Je pris du livre le bon goût

Celui qui lie les souvenirs

Par la beauté d’un sourire

 

Pour le compagnon transi

Je suis le souffle dans la froideur

De la pierre taillée avec honneur

 

J’ai d’avantages plusieurs couleurs

De celle que le marbre inspire

 

Et ma palette est parfois comme l’étain

Verte des saisons qui passent

Et des siècles qui durent

Les enfants du Moyen-Age

Nous sommes venus  ce jour

Devant cet homme aux yeux bientôt fermés

Glaucome, échardes, pieds qui se balancent

Le bois craque encore

L’air frissonne

 

Au loin dans la vallée

Retentit une chanson

Sacripant que triste cœur

Pour les heurts guerroyantes

 

Les pieds presque dans la boue

Nous jaugeons le poids des ans

Du futur pour un présent

L’offrande de notre age

 

Le dernier soupire arrive

La pluie tombe dans le chemin

Faire la guerre, dieu que souffrance

Dans les yeux des assassins

 

Lecture du poème Les enfants du Moyen-age-Clip audio 272

Du faiseur d’art

Fais-je de l’art?

Je nie la mort, le trauma

N’y a t-il qu’un mirage

Belle araignée du temps ?

 

Une nuit ou les cendres sont chaudes

Passe le voyageur

Le faiseur d’art

Certains sont bons, d’autres mauvais

Faut-il les accueillir Maison dormante?

Le relatif est-il une poupée gigogne?

 

Éteignons le feu

Avant que terre ne brule

Libre ou captif du dernier rêve

D’ici le jour

 

Lecture du poème Du faiseur d’art-Clip audio 271