Du paysage choisi

Lecture-Du paysage choisi-Clip audio 266

 

Les veines du ciel

Eclairaient celui-ci

Et je pensais que vienne

Le paysage choisi

A l’abri d’un jardin

Aux couleurs mirifiques

Voir de fleurs et verdures

Des parcelles habitées

Près d’un bosquet des pierres

Et une treille ou se glissent les  vignes

Jouer à des jeux chantants

Au abord de fontaines

Et dire éternellement

La beauté du je t’aime

Aux jolis paysages

Que l’âme imagine

Mie qu’on voudrait inviter dans ces lieux

Quand le charme est heureux

Interprétation musicale du début de la Dryade de Alfred De Vigny

Chanter Alfred De Vigny , c’est probablement composer avec le  génie du 19 ème siècle. On comprend à la lecture des poèmes Antiques et Modernes que Victor Hugo fasse de lui un ami. Vigny a le respect des âmes et la chaleur philosophique qui fait dire au berger : »  Dryade déesse fragile ».Quel bois a t-il ainsi parcouru, il nous répond simplement: » les muses et le temps m’ont laissé la mémoire ».

La Dryade   Alfred de Vigny La Dryade

 

 

Vois-tu ce vieux tronc d’arbre aux immenses racines?

*Jadis il s’anima de paroles divines;

*Mais par les noirs hivers le chêne fut vaincu.

*Et la dryade aussi, comme l’arbre, a vécu.

*(Car, tu le sais, berger, ces déesses fragiles,

*Envieuses des jeux et des danses agiles,

*Sous l’écorce d’un bois où les fixa le sort,

*Reçoivent avec lui la naissance et la mort.)

*Celle dont la présence enflamma ces bocages

*Répondait aux pasteurs du sein de verts feuillages,

*Et, par des bruits secrets, mélodieux et sourds,

*Donnait le prix du chant ou jugeait les amours.

*Bathylle aux blonds cheveux, Ménalque aux noires tresses,

*Un jour lui racontaient leurs rivales tendresses.

*L’un parait son front blanc de myrte et de lotus;

*L’autre, ses cheveux bruns de pampres revêtus,

*offrait à la dryade une coupe d’argile;

*Et les roseaux chantants enchaînés par Bathylle,

*Ainsi que le dieu Pan l’enseignait aux mortels,

*S’agitaient, suspendus aux verdoyants autels.

*J’entendis leur prière, et de leur simple histoire

*Les Muses et le temps m’ont laissé la mémoire.

 

Poème légende de la Bretagne-Petites histoires du Barzhaz Breizh

Écoutant chants Bardits  de Belle Bretagne

Du dialecte Léon pour le seigneur Nann

Un  jour, ainsi, une fée lui jeta un vieux sort

Ne voulant l’épouser en trois jours il fut mort

 

De contes, légendes,  certaines oubliées

Les montagnes noires et la  marche d’Arthur

Son armée qui surgit d’un pays enchanté

Prévenir  la guerre, la  cause la plus dure

 

Et puis sourire un peu au sort de la ville d’Ys

Qui se vit submergée  par l’eau d’un tumulte

L’écluse ouverte avec plein de malice

La clé subtilisée  dans un songe, une volute

 

Du chevalier Leiz Breiz  partit pour dix années

Couvert du sang des Franks  ennemis dit maudit

Il eut finalement la tête bien coupée

Mais  par l’eau bénite fut un jour rétablit

 

Qui repose maintenant  sous cette fontaine

Est-ce la jeune fille et son frère de lait

Cercles d’existences,  Avalon  point de haine

Le cheval, l’ haquenée   et un air doux, parfait

 

Fantôme, dame blanche

La meurtrissure du cœur, un lévrier fauve

Et  puis un coursier blanc,  se frottant à ses  manches

La fin, le paradis, tout près d’un ciel mauve

Chanson poème Les Belles Antiques

A travers les siècles, la poésie,le chant du troubadour,la beauté des choses antiques furent souvent célébrés et des mécènes soutenaient les artistes  qui étaient en quelques sortes les passeurs de ce qui  peut se situer au dela du rêve:Les mots la musiques devenant des sortes d’ interprètes du monde souterrain, caverneux ou céleste en liaison avec  les êtres. Cette chanson est un appel ou un rappel du merveilleux, du fantastiques, du gout antique parfois chers à nos cœurs. Les belles antiques   Refrain   D’un corps à corps Touché des yeux Relier l’être à ces bienheureuses Le chantre métaphysique Une psyché idyllique Ame magique  Triangle d’or Arts et gentes, régents de l’aurore Pour un bout de fantastique Sourire D’amour Sourire    Couplet 1 C’est la belle en son miroir Qui va se coucher ce soir Priant les dieux C’est le fleuve de ces Vénus Antiques pierres polies Ondines,Bacchantes,Nymphettes Et des déesses célestes   Couplet 2 C’est le mythe et la légende Demoiselles aux yeux dorés Femmes qui enchantent Si Sirènes étaient contées