De Charles D’Orléans-Poème de la Tour-De François Térrog

Lecture De Charles D’Orléans-Poème de la tour-De François Térrog

 

J’escris de la tour de garde

Ou la nuit se répand

De L’Angleterre Hagarde

J’ai pris 25 ans

 

120 mille écus d’or

Serait-ce le prix valoir pour ces tortures du corps

Vergeture déja L’aage

Me fait connaistre déplaisir

 

Est-ce au chevalier

De l’amy Beaulté

Des oiseaux qui s’envolent

De mon soussy traversé

A la grâce du demander

 

Dur nonchaloir

De cet habit noir

Qui altère le cœur

Gage de l’ailleurs

 

Belle retrouver

Sans prison de penser

Dame enfance et amy

Vous retourner

 

A la tour de garde

Le loyal vouloir

Chansons et ballades

Des Jeunest gens

De cet Angleterre

M’ont pris 25 ans

 

Et si de fontaines

A l’eau qui s’assèche

Ne puis-je boire

Bois du beau Valois

De la longue attente

Epousent mes mots

 

Du chère combattant

Au père touché

A ma bonne amie

Mortellement

 

Retenue d’amour

Je prie grand honneur

Art et troubadour

Du sort du bon

Lire Premières poésies de Alfred De Musset ou le jeune poète et ses femmes

L’achat d’un ouvrage d’ Alfred De Musset dans une vieille collection du 19 ème  permet de retrouver le charme désuet d’une époque, une présentation d’origine et ce  même si ce poète reste terriblement moderne.Cet article ne se penchera sur les minis nouvelles poétiques qu’il  nous présente mais plutôt sur les poèmes ,courtes versifications,de ses femmes aimées ou admirées.Il faut le comprendre accéder à la beauté des poèmes de Musset c’est en partie les déclamées ou mieux encore les chantés comme l’indique l’auteur dans son intitulé: »chansons à mettre en musique ».La magie de Musset est parfois dans les derniers vers de certains  de ses quatrains comme pour Pépita  avec: »la réalité dément ou les bonbons et les maris ». Sucre d’orge qui palpite.Musset, dans son ouvrage, embrasse semble t-il de nombreuses femmes comme la Marquise ou L’andalouse sorte de beauté féminine venant de l’enfance.A qui a t-il donné son âme? Déjà, le poète s’échappe parlant d’étoile vagabonde.Des belles Espagnoles de Madrid, de Venise la rouge, de celle qui se pare pour le bal qu’on prépare, de la Vanina pâmée ou Narcissa la folle,Musset a à peine 20 ans et il voit déjà juste  comprenant la meurtrissure des corps et des cœurs interrogeant ses amantes,fut-il vrai  libertin? Alors, comment comprendre, que quelques temps après,  il écrive en pleine tristesse avoir perdu amis et avoir compris la triste vie?

C’est-il perdu en amour?comme rappelant ses vers prophétiques a Madame  Ménessier

« son âme dans votre âme un instant est passée » , « le rêve de son cœur un soir c’est arrêté ».

Ce n’est  pas pourtant pas la foi qui lui manque ainsi dans son poème Stances  il dit aimé la croix blanche et le bénitier réfutant en cela les mots qu’aurait lancé  Lamartine sur ce joyeux poète.Musset semble de toutes les fêtes comme ses filles ,vibrantes, posant  le masque noir  accourant vers le bal.

A la lecture de certains de ses nombreux poèmes, il nous reste deux réponses.Il semble que Musset, paré de beaucoup de génie,n’ait pas le sens antique et c’est peut-etre alors la cause de son malheur.Yeux qui discernaient l’ont-ils plongé dans l’oubli? Reste aussi cette phrase à la fin de Premières poésies dans le récit poétique Narmouna expliquant le destin:

« Mais le hasard peut tout,-et ce qu’on voit lui faire

Nous a souvent appris que le bonheur sur terre

Peut n’avoir qu’une nuit, comme la gloire d’un jour ».

 

Interprétation du poème Pépa guitare/voix

 

Musset.Pepa- 1                          Musset-Pepa-197

A Pépa

Pépa, quand la nuit est venue,
Que ta mère t’a dit adieu;
Que sous ta lampe, à demie nue,
Tu t’inclines pour prier Dieu;

A cette heure où l’âme inquiète
Se livre au conseil de la nuit;
Au moment d’ôter ta cornette,
Et de regarder sous ton lit;

Quand le sommeil sur ta famille
Autour de toi s’est répandu;
Ô Pépita, charmante fille,
Mon amour, à quoi penses-tu ?

Qui sait? Peut-être à l’héroïne
De quelque infortuné roman;
A tout ce que l’espoir devine
Et la réalité dément;

Peut-être à ces grandes montagnes
Qui n’accouchent que de souris;
A des amoureux en Espagne,
A des bonbons, à des maris;

Peut-être aux tendres confidences
D’un coeur naïf comme le tien;
A ta robe, aux airs que tu danses;
Peut-être à moi,-peut-être à rien.


 

 

 

Lire Chatterton D’alfred De Vigny

Chatterton est une pièce de théâtre composée par Alfred de Vigny en dix- sept nuits.Cette production intensive sur une courte période n’est pas sans rappeler un autre écrivain, Honoré De Balzac qui comme nous le savons dormait très peu pour écrire la monumentale Comédie humaine.En tout cas, ici, alors que  Vigny,lui-même poète, déçoit avec ce théatre sur la vie tragique d’un poète nommé Chatterton. Balzac , qui n’était pas poète, réussit lui un roman extraordinaire avec l’histoire du Jeune Poète Lucien de Rubempré.Est-ce  à dire que le théâtre n’est pas le format idéal pour traiter de poésie? Attendons peut-etre de voir un jour les illusions perdues adaptées pour la scène.L’avenir  permet  parfois ce genre de rêve.Mais, revenons à Chatterton. Vigny ,dans cette pièce, présente en quelque sorte la malédiction pesant sur le poète qui ne peut vivre avec ses semblables, accaparé qu’il est par sa souffrance intérieur et qui tombe dans le désespoir moral et financier.Si ce théâtre de Vigny est plutôt faible tant dans son expression que dans son action, la préface nommée dernière nuit de travail est magnifique.C’est une sorte de manifeste pour le poète, l’artiste.L’auteur imagine  trois sorties pour l’homme d’écriture devenir homme de lettre, grand écrivain ou poète, les trois genres pouvant se mélanger.Mais pour le  poète, il en appelle au législateur et demande le pain et le temps.La pensée fugitive de Van Gogh et de son tableau les mangeurs de pommes de terre s’impose à l’esprit pour parler de manger à sa faim ou de grande pauvreté. .Cette préface est donc une sorte de petite révolution et elle intéresse autant l’artiste que l’homme landa. En effet, soutenir les arts, c’est permettre à tout un peuple de s’instruire, de se positionner à travers le passé et l’avenir et aussi très certainement  de rêver .Les arts ne sont-ils pas toujours en lien avec notre inconscient et notre moi profond ? Les communications dites invisibles ne se font-elles pas ainsi, voyageant dans les esprits  telles des chansons nomades? Vigny précise qu’il a écrit cette pièce pour montrer le  désespoir qui peut toucher l’homme spirituel et par extension le  poète.Voyons maintenant la pièce en elle même.

L’histoire du jeune poète Chatterton est présentée en trois actes.La première critique et la plus importante est celle concernant l’amour caché entre Chatterton et sa logeuse Kitty bell femme d’un riche industriel.En effet, l’amour fou existant entre ces deux personnages n’est pas réellement amené dans la pièce.Cet amour né d’un seul coup alors qu’ils se sont  vus une fois en trois mois est peu crédible.De plus, ils ne se passent pas grand chose en trois actes.Chatterton ressemble à un enfant capricieux  qui refuse l’aide qu’il a autour de lui.On le comprend bien, au départ, sa situation n’est pas dramatique, il est aimé, logé, a un ami.  Le drame d’être poète, pauvre, de ne pouvoir rien faire d’autre,de souffrir le martyr,d’avoir  un dur labeur n’est pas ici assez bien démontré.Au contraire, dans les Illusions perdues De Balzac on ressent tout de suite la torture pour le poète, la difficulté de sa vie.On le comprend si Vigny a toujours été à l’abri du besoin, Honoré De Balzac a eu des mois miséreux.Le drame romantique apparait néanmoins à la fin de la pièce  avec le suicide du jeune poète; inspirant sa fiole d’opium. et la mort somme toute moderne de  Madame kitty Bell.

Ce livre est en fait pour Vigny, une sorte d’excuse. D’abord, pour offrir une pièce à Marie Dorval, l’actrice, qu’il aime et aussi  comme il le dit lui même pour prendre comme symbole le nom de Chatterton, jeune poète anglais suicidé à 17 ans, afin de défendre le poète et de tenter le bien en son nom.

On peut donc s’interroger sur le succès de la pièce et Théophile Gautier dans un article du moniteur nous en donne l’explication.Il rappelle que la jeunesse de ce temps la était ivre d’art, de passion et de poésie.Les cerveaux bouillaient, les cœurs palpitaient d’ambitions.Le sort d’Icare n effrayait personne.Des ailes! des ailes!L’infatuation de l’art poussait  certains qui aimèrent mieux mourir que de renoncer à leur rêve et l’on entendait réellement dans la nuit craquer la détonation des pistolets.

La pièce de Vigny sonne  comme un écrit de vérité  et elle définit par le drame, une vision, le portrait d’un jeune poète au 19 ème siècle. Il faudrait  donc maintenant se pencher sur  le roman Stello du même auteur   qui raconte lui aussi une histoire de poètes, Vigny, prince des poètes ou peut-etre gardien du temple!

Lire Alfred De Vigny-Poèmes antiques et modernes

Heureuse surprise cette semaine puisque j’ai pu lire l’extraordinaire ouvrage de Alfred De Vigny, Poèmes Antiques et Modernes.Alfred De Vigny est un poète,dramaturge  et écrivain français du 19 ème siècle.A la lecture, on ne peut dire qu’une chose, l’auteur a glissé des prodiges dans cet écrit.On peut lui reconnaitre une qualité qui manque notamment chez Nerval ou Verlaine.Ses poèmes sont d’une beauté simple et philosophique, ils semblent légers même s’ils sont parfois tragiques. Ainsi  chaque pièce de cette œuvre se lit avec facilité et on s’enchante du charme profond qui  émane de ses mots.Avec Vigny, on apprécie les faits bibliques décrits  comme une histoire poétique.Moise devient le seigneur toujours seul ,celui qui voudrait s’endormir du sommeil de la terre face au peuple craintif qui attend son élu.Depuis le pays de Chanaan, faut-il plaindre Moise ,l’homme aux yeux de flammes, qui devient pour eux étranger?

Plongeons ensuite dans Eloa, ce poème sur un ange créé par Jésus lui même.Quelle est la nuit d’un ange? Cet ange vierge qui soigne la tristesse et rencontre Lucifer.Veut-il nous dire amour est  enfer?En tout cas cela est peut-etre punition puisque avec ce grand poète nous  revivons ensuite le déluge ou par le ciel et la mer le monde fut rempli.

Et ce livre antique qui nous parle des femmes, la fille de Jepthé celle qui fut sacrifiée.La femme adultère qui fut sauvée des pierres par un doigt mystérieux réécrivant la langue.Poète et prophète  et un tableau sensuel, le bain,figure du moyen-age-le bain de la belle suzanne.Une question vint alors au poète,l’amour est-il somnambule? Voir en esprit ses blessures, Vigny cite Eschyle.Puis quelques tableaux antiques d’une Dryade ou de femmes comme cette dame romaine rêvant à un jeune consul.Ainsi, le poète présente un peu d’érotisme de beauté d’une peau d’un blanc de lait avant  la deuxième partie de l’ouvrage, le livre moderne. Vigny démarre le livre moderne en commençant par une histoire d’amour et de poison rappelant peut-etre Tristan et Yseult. Tuer son époux ou son amant  est certe chose antique mais mourir avec lui ne serait-ce chose moderne?C est le cas probablement pour ces poèmes comme Dolorida ou encore les amants de Montmorency.Alors, apparait le malheur ,d’une noirceur moderne. Puis, il y a ce poème presqu’une pièce sur le masque de fer puis le prêtre puis le moine trappiste et la mort du roi.Le moderne a vécu sous des fers monarchiques et en grande piété? Société qui  enferme sans raison.Enfin,dans le désordre, un poème  encore, ou souffle le  Cor de Roland de Ronceveaux ou l’âme du chevalier appelle deux fois.Le moderne est donc un héros, un guerrier.Aime t-il aller au bal comme toutes ces jeunes beautés?Le moderne danse.Enfin après la frégate qui fait Vigny marin,voir capitaine, un poème sur Paris  ou il est murmuré en 1831 comme un futur symbole « je tremble que ce ne soit Paris dont les enfants auront effacé Jésus Christ du coeur comme du front.Alors Vigny prophétique?Le moderne serait incroyant.Et cette tour ou le poète accompagne le voyageur, un rêve de plus et n’est ce déjà la tour Eiffel? Paris, élévation.

 

On peut enfin citer la fin de la préface écrite par Vigny lui même pour comprendre le miracle de ce livre: »ces poèmes portent chacun leur date.Cette date peut-etre à la fois un titre pour tous et une excuse pour plusieurs;car, dans cette route d’innovations, l’auteur se mit en marche bien jeune,mais le premier ».