Interprétation Guitare voix poème de Sully Prudhomme:Le réveil

Encore un exemple d’un poème parlant d’amour mystique par le Poète Sully Prud’homme. Y aurait-il aussi une certaine immanence dans ses vers?

A la même période Paul Verlaine présentait « Mon rêve familier ».

Ou ont-ils donc été ces poètes?

Certaines voix parlent de Sully Prudhomme comme du mauvais poète mais cette interprétation en son époque est plutôt erronée. Sully Prudhomme, si le choix de  ses mots  peut-être parfois   sujet à discussion, est à mon avis un explorateur de la poésie. Sa poésie reflète des risques,des dangers  et c’est en ce sens qu’il faut la lire. N’écrit-il pas lui même « l’habitude est une étrangère »?

Le poème présenté et interprété  ici est un  reflet de sa création.

Le réveil Térrog-Sully Prudhomme le réveil

 

Si tu m’appartenais (faisons ce rêve étrange ! ),

Je voudrais avant toi m’éveiller le matin
Pour m’accouder longtemps près de ton sommeil d’ange,
Egal et murmurant comme un ruisseau lointain.

J’irais à pas discrets cueillir de l’églantine,
Et, patient, rempli d’un silence joyeux,
J’entr’ouvrirais tes mains, qui gardent ta poitrine,
Pour y glisser mes fleurs en te baisant les yeux.

Et tes yeux étonnés reconnaîtraient la terre
Dans les choses où Dieu mit le plus de douceur,
Puis tourneraient vers moi leur naissante lumière,
Tout pleins de mon offrande et tout pleins de ton coeur.

Oh ! Comprends ce qu’il souffre et sens bien comme il aime,
Celui qui poserait, au lever du soleil,
Un bouquet, invisible encor, sur ton sein même,
Pour placer ton bonheur plus près de ton réveil !

 

De Pétrarque: Adaptation pour guitare voix sonnet XII la beauté de sa dame le guide au souverain bien (Traduction utilisée Comte de Gramont 1842)

Pétrarque, poète, et considéré comme un des premiers humanistes Italiens, est célèbre notamment  pour sa poésie à une Dame Laure. Une poésie,qu’il aurait rassemblée en sonnets après la mort de celle-ci  de la Peste.

Les vers adaptés ici et chantés sont un exemple de la beauté de sa création, il s’agit de présenter une sorte d’amour mystique à une dame. Un amour  aussi évoqué   par Marsile Ficin et Jean De la Croix.

Adaptation pour guitare voix Poème de Pétrarque la beauté de sa dame guide au souverain bien Sonnet XII (Traduction utilisée 1842 Comte de Gramont)

 

Quand parfois, au milieu d’autres dames,

Amour apparaît au beau visage de celle-ci,

Autant  chacune lui cède en beauté,

Autant s’accroit le désir qui me passionne.

 

Je bénis le lieu, et le temps et l’heure,

Ou j’élevai mes regards vers un but si altier ;

Et je dis : O mon âme, tu dois être bien reconnaissante

D’avoir été jugée, alors digne d’un tel honneur.

 

D’elle te vient l’amoureux penser

Qui, pendant que tu le suis, t’envoie au souverain bien

Estimant peu ce que tout homme désire :

 

D’où te vient ce noble courage

Qui te guide vers le ciel par le sentier direct,

Si bien que je vais déjà

Rempli de sublimes espérances.

 

Interprétation Guitare/voix Les Contemplations de Victor Hugo poème 1 À vous qui êtes là

Découvrir Les Contemplations de Victor Hugo,c’est s’interroger sur la nature de la poésie. Je présenterai donc plusieurs interprétations musicales de certains des poèmes du recueil. Interprétations qui je l’espère pourront éclairer le lecteur.

Mais revenons au premier poème choisi:  À vous qui êtes là

Victor Hugo dans ce poème  présente une vie. Etait-ce la sienne ?

Le trône s’obligeait-il dans le désert de la bénédiction?

Ecouter ce poème,entendre sa respiration ,c’est un peu songer et c’est déjà beaucoup.

Victor Hugo Les Contemplations: À vous qui êtes là  (extrait)  Térrog-Victor Hugo- A vous qui êtes la

Vous, qui l’avez suivi dans sa blême vallée,
Au bord de cette mer d’écueils noirs constellée,
Sous la pâle nuée éternelle qui sort
Des flots, de l’horizon, de l’orage et du sort ;
Vous qui l’avez suivi dans cette Thébaïde,
Sur cette grève nue, aigre, isolée et vide,
Où l’on ne voit qu’espace âpre et silencieux,
Solitude sur terre et solitude aux cieux ;
Vous qui l’avez suivi dans ce brouillard qu’épanche
Sur le roc, sur la vague et sur l’écume blanche,
La profonde tempête aux souffles inconnus,
Recevez, dans la nuit où vous êtes venus,
Ô chers êtres ! cœurs vrais, lierres de ses décombres,
La bénédiction de tous ces déserts sombres

 

 

 

Interprétation guitare voix d’un extrait d’un poème de Bernard Le Bovier de Fontenelle: Eglogues-A Madame La Dauphine- Première églogues

Une églogue est une sorte de poème cours souvent présentée  pour mettre en valeur un  thème pastoral. Ce sens naturel  de l’églogue est ici utilisé  par le poète, écrivain, Académicien, Bernard Le Bovier de Fontenelle. C’est d’abord à l’instar de Verlaine et de son poème pastoral, un poème pour les dames ou pour une dame et son entourage.La malice  de Monsieur De Fontenelle s’exprime par touche à travers une sorte d’interrogation féminine qui devait être assez novatrice en l’époque. C’est la victoire d’une dame très certainement.

Interprétation d’un extrait de l’églogueTérrog-Bernard Le Bovier de Fontenelle-Eglogue A Madame La Dauphine-Première Eglogue

 

A Madame la Dauphine

 

Première Eglogue (extrait)

»Dans un bois qu’arrose la Seine,

»Je marchais sans tenir une route certaine,

» Et rêvais presque sans objet ;

»Un beau jour, un ruisseau, les fleurs de nos prairies,

»Suffisent pour causer de douces rêveries,

»J’entendis quelques voix que je crus reconnaître ;

»C’était Lise et Cloris, qui toutes deux font naître

»De nos hameaux les plus tendres amours :

»J’écoutais sans vouloir paraître,

»Trahison qui se fait toujours

»Aux belles dont on veut surprendre le discours.

 

»Non , disait Cloris,  j’en suis sûre,

»C’était une déesse, et tu lui fais injure

»D’être d’un avis  différent,

»D’une divinité les marques naturelles

»Eclatent dans cet air qui touche et qui surprend ;

»Lise, as- tu donc vu des mortelles

»Avoir l’air si noble et si grand ?