Actualité-De la question du corps après la mort

Dans l’actualité de ces derniers temps et aussi dans l’actualité culturelle, il est question du corps humains après la mort. Si  nous n’en sommes plus à la profanation des tombeaux des rois comme le raconte l’histoire de France et notamment  la révolution française, une question semble apparaître de façon régulière  dans l’actualité de nos sociétés. C’est celle de la légitimité des autopsies. Autopsies de personnes décédés dans des cas d’assassinat ou encore autopsie de corps momifiés ou conservés naturellement de civilisations disparues. Le sujet qui concerne la loi et qui fait débat plus précisément est le cadre des autopsies d’enfants. En effet, la protection du corps  la dignité humaine, la coutume  ect….  pendant de nombreuses années ont plutôt vu d’un regard abjecte l’autopsie sur des enfants mineurs. C’est de la moralité d’une société humaine dont il est  question dans ce cadre d’autopsie. Néanmoins, ce sujet semble être utilisé comme il a pu l’être par le passé dans des buts   qui semblent comme spéculatif, de vue d’un travail  de médecine légale  auquel une attention devrait être apportée. De même que dans la presse culturelle ou certaines images et photo choquent plus que la bienséance.

Sujet d’actualité: La relique

Un sujet d’actualité qui est évoqué aujourd’hui dans le monde culturel est celui de la relique.

La relique qui peut se définir au départ comme un objet vénéré ou sacré. Les religions dont la religion chrétienne ayant par la suite consacrées comme relique des restes d’une partie du corps humains de défunts, une telle pratique ayant  été considérée à partir du XIX ème siècle comme illégale.

Le sujet d’actualité est celui touchant la Grèce et le Parthénon, temple des dieux grecs. En effet, après avoir remplacé quelques pierres usées du Parthénon, par des pierres neuves. L’objectif décoratif et archéologique serait à l’heure actuelle de redonner des couleurs aux fresques murales extérieures du temple.

Cet objectif interrogerait les spécialistes sur la question de la relique. C’est à dire de ne pas modifier un temple en altérant le caractère de la relique de  celui-ci, plus précisement ne pas faire perdre à un temple ou plus largement à un objet relique son caractère de lien entre les générations. C’est la question du devoir de mémoire et de l’objet vénéré ou sacré.

Serait-ce une affaire de joie et de tristesse ? La poésie de François Malherbe, poète du XVI ème siècle y présente comme une interprétation notamment dans son poème « les larmes de Saint-Pierre ».

https://fr.wikisource.org/wiki/Po%C3%A9sies_de_Fran%C3%A7ois_Malherbe/Les_Larmes_de_Saint_Pierre

Dans notre société moderne, il s’agirait probablement plutôt de voir le bon droit de l’objet relique contre le mauvais.

La liberté de conscience devant être le sujet en résultant.

 

 

 

 

De l’esprit fidèle (poème)

Dans les méandres de la maison de philosophie

Du mal et du bien dit

A la mesure des prières

Des beaux jours et des annonciations

Se pose parfois l’esprit fidèle

Comme un doux été dans la froideur des temps

Chant que celui-ci inspire

Quête pour certain dans la morosité de l’univers

Pour que celui-là

Tout un devienne

Au vœu de l’éternel retour

Le printemps semblait venir sans hiver

La pluie n’était point douce

Et la chaleur des cœurs

Contemplait la foi du présent