La harpe millénaire (poème)

Par  des jours de soleil d’été

A l’horizon de nuages lointain

On conte mystérieuses légendes

D’une Harpe millénaire

Taillée en art de façon

Sur sa dorure d’albâtre boisée

Sirène éorsoepe

Brodequin de velours toilée

Et chant d’éternité

Dans la grande salle  des jours qui se lèvent

Un murmure de silence syllabes

Musique des ys et des désirs

Et des nuits aux mélopées romantique

Qui soufflent dans le vent

Des capricieuses saisons.