Hector et Boulor et les voleurs de livres

Hector marchait dans une rue peu éclairée et discutait avec un camarade dénommé Boulor non loin de l’Université.

Hector et Boulor était étudiant à la faculté de droit de Rennes. Boulor discutant avec Hector, l’imagination comme enflammé et maugréant lui disait « Tu sais qu’il y aurait eu des vols de livres autour de la faculté de Droit .

Hector étonné lui répondit « Ah! Bon ! Et a t-on arrêté les voleurs ?

C’est une sombre affaire lui répondit Boulor, d’après les rumeurs, un professeur et un groupe seraient des voleurs de livres.

Hector lui répondit quel est le nom de ce professeur ?

C’est le nom d’Aubert qui est  mêlé à ces histoires de vols d’après ce qu’on m’en a dit .

Hector lui répondit mais pourquoi me racontes-tu cela Boulor ?

C’est que tu peux faire quelque-chose Hector lui répondit Boulor alors qu’il avait comme du mal à digérer sa bière.

La nuit  devenait plus noire et les deux compagnons se séparèrent.

Au loin, on pouvait entendre le bruit du vent  qui soufflait dans les ruelles.

La magie écarlate (poème)

La planche était posée

Sur un étale de bois dur

L’homme s’affairait

A multiples potions

Mixtures qu’il préparait d’un  mouvement habituel

Disant à son assistant

Qu’il s’agissait d’un cas de même

Qu’il ne savait ce que cela donnerait.

Une statue ancienne, probablement d’un dieu mutin

En hommage au dieu Mars

Etait en suspend  près de l’établi

Et alors qu’il ançait un tissu de matière ourpée

Déposant métal chlorure, garance et pigment vif

Retournant l’envers de l’étoffe

Formulant quelques mots

Tel un acibre puissant

Invoquant

L’eeitiuvam de L’osque

Un orage grondant

se faisait entendre

Dans le lointain.