L’oiseau analphabète (poème)

Des jolies cimes des arbres

Ils apercevaient, parfois des  oiseaux

Posés sur des branches comme des arbrisseaux

De leurs chants ou gazouillement, ils s’interrogeaient

Un livre à la main

Ils les regardaient

Le premier disant

Comme une lourde phrase

Sans des médisant

Il se demandait

Serge « y a t-il des oiseaux analphabètes ?  »

L’air des bois semblait lui répondre

Un doux roucoulement de soleil d’été

Et alors qu’il tournait sa page pleine de caractères

Une phrase, lecture d’un dense passage

Soulevait à ses yeux l’être hominidés.

Et il s’exclamait « ………. »

Peut-être il riait….

Une voix alors se fit entendre

Reflétant des jours

L’oiseau effarvatte,  qu’il ne pouvait comprendre.