Curiosité littéraire-Orphée aux enfers-Jean-François Regnard-Opera-Improvisation musicale

Une curiosité littéraire que je vous présente ce jour, un texte Opéra de Jean-François Regnard écrivain, poète et dramaturge du XVII ème siècle.

Une improvisation guitare:voix de ce texte dans un but d’expérience musicale et poétique.

Orphée aux enfers

Opéra de  Jean-François Regnard

 

Le théâtre représente le palais de Pluton


Scène première


 

Pluton, au milieu d’une troupe de divinités infernales.

« Dieux des Enfers; aux armes ».

Le Chœur

« Aux armes; aux armes ».

Ballet

Pluton

« Un mortel indolent, malgré la loi du fort,

Dans le royaume de la mort

Descend encore vivant, et causes mes alarmes

Aux armes, aux armes ».

Le tartare frémit

L’Erèbe gémit,

Cerbère mugit;

Dieux des enfers, aux armes ».

Le Chœur

« Aux armes, aux armes ».

(On entend une symphonie très douce.)

Pluton

« Mais quels chants remplis de douceur !

Quelle douce harmonie

Chasse la barbarie

D’un cœur comme le mien,

Ouvert à la fureur !  »


Scène II Orphée-Pluton


 

Orphée

« Puissant Maître des ombres,

A ton trône enflammé l’amour conduit mes pas;

La charmante Euridice, hélas !

A passé les rivages sombres;

Rends-moi cet objet plein d’appas,

Ou, par pitié donne moi le trépas.

Pluton

Plus loin que ton espoir tu portes ta

demande;

Mais Pluton y consent, fi l’amour

le commande.

Pars, sors du ténébreux séjour.

Mais, je prétends qu’une loi

s’accomplisse;

Ne regarde point Euridice ,

Que tu ne sois rendu dans l’Empire

du jour.


 

Scène III


 

Orphée

« Mon cœur, chantez votre victoire,

L’amour est couronnée de gloire.

Les ris et les chants

A la douleur succèdent;

Les enfers cèdent

Aux charmes de deux yeux touchans. »

  • Entrée de divinités infernale et d’esprits folets.

 

Scène IV


 

Une ombre heureuse

Soutienne qui pourra les traits et les éclairs

Qu’on voit partir d’un beau visage;

La beauté dans les cieux

trouve un aisé passage,

Et se fait même ouvrit les portes

des Enfers.

(On recommence la danse)


 

Scène V


 

Euridice, seule

Pour plaire à l’objet qui m’enflamme,

Amours, volez tous dans mon âme;

Fuyez, peines, soupirs, ne revenez jamais

De mon cœur amoureux interrompre

la paix.

(On recommence…)


 

Scène VI


 

Orphée, Euridice

Orphée passe sans regarder Euridice

Euridice

« Jette, Orphée, un regard sur celle

qui t’adore. »

Orphée, regardant  Euridice

« Chere Euridice, enfin, je vous revois encore ! ».


 

Scène VII


 

Pluton: « Va, fuis loin de mes yeux;

Mortel trop téméraire,

Puisque des dieux

Tu violes l’arrêt sévère.  »

Orphée:  « O Dieux ! »

Pluton: « Qu’une troupe rapide, de démons empressés,

Dans l’Empire des airs reporte ce perfide.

Pluton, commande, obéissez. »

Orphée: »Quel rigueur impitoyable! »

Euridice: »Un crime de l’amour n’est-il point pardonnable ?

(Des démons enlèvent Orphée).


 

Scène VIII


 

Pluton

« Esprits infernaux, en ce jour,

Pour chasser le chagrin qui la presse,

Riez, chantez, dansez, montres votre allégresse,

Qu’on ne parle plus de tristesse

Où brille le flambeau d’amour ».

Le Choeur

« Rions, chantons, dansons, montrons notre allégresse

Qu’on ne parle plus de tristesse

Où brille le flambeau d’amour ».

 

 

 

 

 

Tableau pictural (poème)

Incipit d’un matin

————————————————————————————————-

« Du tableau premier

Au cadre rectangulaire

De multiples tableaux

Jusqu’au images éphémères

Dans les jours de lumière

Tel triptyques disparus

Que le peintre a reconnu

A l’ombre de portique

De matière  »

————————————————————————————————–

-Ect uram ajour est-

 

Dépôt de plainte contre le service des impôts Paris18/Bercy/Personne x (inconnu) pour prélèvement abusif

Je dépose plainte contre le service des impôts Paris18/Bercy/Personne x (inconnu) pour prélèvement abusif. Des prélèvements au dessus de ma rémunération taxable (ayant de plus une baisse de rémunération) avec des remboursement postérieurs de leurs services.

Pour un logement au 10 rue du ruisseau 75018 Paris que je n’occupe pas chaque mois.

 

Le peintre Vénitien-Le Tintoret et les portraits et autoportraits

En cette année 2018, le musée du Luxembourg présentait une rétrospective des œuvres du peintre Vénitien Le Tintoret né en 1517 ou 1518 pour le 500 ème anniversaire de sa naissance. Qu’a apporté Le Tintoret à la peinture ? Serait-il né dans une période historique particulière ? Y a t-il un lien entre ce peintre et la philosophie ?

Les réponses à ces questions  peuvent s’expliquer à travers la question des portraits et autoportraits réalisés par le peintre. En effet, en ce 500 ème anniversaire et d’après la presse artistique, le sujet du portrait et de l’autoportrait serait présenté autour d’un thème, « Scruter l’âme ».

Alors que Socrate, philosophe grec , comme nous l’avons vu précédemment dans un article antérieur, serait une sorte d’accoucheur d’âme. Le Tintoret, à travers divers portraits de notables et personnages, ayant comme date d’achèvement celle de 1553 environ, date de la période de l’étude de « la singularité », serait un scruteur d’âme.

Ainsi en France en 1553 a été notamment écrit

La Bretagne est par ailleurs elle aussi concernée par cette singularité car en 1553 en Bretagne est fait une distinction lors de la création du Parlement de Bretagne de membres pour moitié « conseiller originaires » et pour l’autre moitié de conseiller « non originaires ».

C’est déjà en ce 16 ème siècle, l’étude de la singularité à travers la peinture et ceux bien avant les sciences modernes.