Le poème des abysses (Le livre du Sylphe-II)

Dans un étrange syllabum,

Au nuit noire et bleutée

Que l’eau du temps n’avait point altéré

Était parfois contées, légendes de cités

Naissant du fond des mers

Que diables et diablotines

Voguaient dans ses enfers

Et qu’ à l’ombre des ondines

Dans les fonds  sous-marins

Les habitants des mers

Contemplaient d’anciens  livres

Aux magies des étés

Et que d’un ciel pluvieux aux lueurs du matin

Naissait  dès le jour même

Le soleil  des  beaux jours.