Imaginer la bible: Le sens de Judas

Je suis Paul Quintilus, citoyen Romain, parlant de la, entre l’an 30 et 33 selon votre ère et je m’en vais vous conter l’histoire de Judas Iscariote tel que je l’ai entendue, histoire que racontaient les légionnaires.

C’était lors d’un temps de grâce, un homme appelé Jésus, accompagné d’un cercle bientôt nommé Apôtres, faisait en un royaume de Judée des Miracles.

Tant et si bien qu’un soir, en plaisanteries joyeuses, pour un grand banquet  fêtant la mort du sort, un jeune apôtre nommé Judas, de mots prononcés fut le premier ou le treizième si l’on en croit le temps.

Jésus s’étant alors exprimé par  une parabole en être voyant qui symbolise les choses: « l’un de vous me trahira, livrant le fils de l’homme ».

Judas voulant faire impression se réclama  du sacrifice ultime et dit:  » se sera moi ».

Jésus lui répondit: « Tu l’as dit »

En cette époque, ces mots avaient la force de lier dans la parole la chair, le verbe au corps.Et comme un théâtre des temps qui lance un mauvais sort, le jeu devint  chose réelle.

Judas fut retrouvé au jour un peu après ou il accepta des grands prêtres de livrer ce Jésus pour 30 pièces d’argents.Ainsi est-il dit « celui là fut évalué ».Son âme aurait un prix, l’acte d’une vérité.

« Malheureux celui qui livre le fils de l’homme

dans le royaume du père point d’arrivée affreuse ».

Et Judas sursauta, un autre Juda  lui répondit: »On a pris  deux de mes fils ». Genèse qui interroge la nature de l’esprit.

Il embrassa Jésus,baiser du condamné, le désignant aux gardes.Ce Jésus conduit jusqu’au gouverneur Pilate pour finalement mourir en être  crucifier.

Judas prit de remords à l’idée de faire de sa tribu une race maudite voulut laver son pêché.

Mais les hommes du temple le rejetèrent vivement le laissant à son sort.

Alors, il se pendit non loin du grand sanctuaire ou 30 pièces d’argents sonnaient matière trébuchante.

Ainsi, finit l’histoire de Judas Iscariote mais de l’extraordinaire on conte une légende. Avec 3O pièces d’argents les prêtres achetèrent un champ à un maître Potier comme pour faire de la terre un passeur de sang.

Il est dit que celui-ci ayant peur du pêché,  exécuta un vase qui fut rempli d’encens et de parfums joyeux et bien vite déposé sur la tombe de l’homme sacrifié.

Un miracle survint et le vent parle de ceux qui louèrent le seigneur, livrant le fils de l’homme de la terre à l’esprit.