Interprétation musicale Clair de lune de Paul Verlaine

Clip audio 92-Clair de Lune-Verlaine
Une interprétation plutôt calme qui ne ressemble pas une danse bergamasque plus en communion avec la nature et que  je vous invite à aller écouter  ici.
Cette dernière permettant d’imaginer une fête galante, Watteau n’est peut-être pas si loin que cela.
Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.
Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,
Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

Poème sur une peinture attribué à Buonamico Buffalmacco-Le Triomphe de la mort- (1335-1340)

Poème 1

 

Sur cette peinture gothique

D’influence byzantine

En ce cimetière de Pise

D’apparence au loin marmoréenne

La fresque d’un triomphe

 

Écuyers et nobles dames

Cavaliers tous étonnés

Est-ce la rencontre des trois morts et des trois vifs

Présage d’une fin future

Trois personnes en leurs tombeaux

 

Mais que font ces femmes qui discutent

Et près d’elles un esprit maniant une faux

Qui va donc   mourir demain

A u centre l’horizon d’une danse macabre

Ou une lutte  entre anges et démons

Pétrarque pleure t-il sa Laure

C’est le triomphe de la mort

D’amour puis de chasteté

Survint l’évènement  terrible

Qui touche  tout un chacun

Resterait la renommée

Mais le temps finit par l’effacer

Éternelle béatitude

Dieu  regarde les  jeunes gens

Vaquant à leurs fêtes  courtoises

Destin frappe violemment parfois

Comme l’amour du poète

 

Poème 2

Je suis la terre sanctifiée

La terre qui n’apparaît qu’au jour

De luttes éternelles

Faut-il tenir conseil

Anges et démons se mêlent

Matière comme des perles, glaçures

C’est le triomphe de la mort

Un homme en soutane blanche les attend

Ces gens de voyage

Ont-ils marchés longtemps

Cette belle procession

Qui raconte en image

Le labeur des jours

L’abstraite finitude

De la terre au nuage

L’étendard parchemin

Qui conte le destin

 

 

Interprétation d’un poème de Musset-Sonnet à la même (Madame M. N.) (I)

Une tentative d’interprétation difficile mais après plusieurs essais je laisse cette version la voix se traine un peu mais l’esprit est la (un texte un peu triste tout de même,voir très mélancolique) sans omettre une possible nouvelle version plus tard.

Alfred De Musset-sonnet a la meme-version 2

Sonnet à la même (Madame M. N.) (I)

Quand, par un jour de pluie, un oiseau de passage
Jette au hasard un cri dans un chemin perdu,
Au fond des bois fleuris, dans son nid de feuillage,
Le rossignol pensif a parfois répondu.

Ainsi fut mon appel de votre âme entendu,
Et vous me répondez dans notre cher langage.
Ce charme triste et doux, tant aimé d’un autre âge,
Ce pur toucher du coeur, vous me l’avez rendu.

Était-ce donc bien vous ? Si bonne et si jolie,
Vous parlez de regrets et de mélancolie.
– Et moi peut-être aussi, j’avais un coeur blessé.

Aimer n’importe quoi, c’est un peu de folie.
Qui nous rapportera le bouquet d’Ophélie
De la rive inconnue où les flots l’ont laissé ?

Imagine De Amor

Imagine  De  Amore

 

La nuit ou tu t’endors

La nuit où tu te lèves

Le passager du corps

Avive   la lumière

Amant qui aime encore

D’Orphée  ou de Sapho

Des temples de nature

Nature tu  entendras

Levant  un jour ce rêve que tu ne connais point

Proche de l’amour   est  si tendre prochain

Térrog (Imagine De Amor)