Paysage de brume ( poème)

Dans les bois du souffle errant

Alors que  l’hiver laissait place au printemps

Une brume mélangée de pluies

Couvraient la nature immobile

Pluie de jours de joie et de tristesse

Des gouttes d’eau d’un coup semblaient

Comme plus denses que les autres

Telles des jets de lumières

Rouges et violets

Et alors que déjà on demandait à partir

Un souffle comme un long murmure

Semblait envelopper les environs

Un froid encore présent

Faisait de cette visite

Un attrait qui disait de ce lieu raconté

Qu’un bon repas n’était point malaisé

Et qu’il y aurait

Choses à dire et à conter.

L’orangs-outangs (Poème)

A des lieux de nature éloigné

Il était fait état en de beaux jours de soleil

D’un animal primate

Qui amusait les foules

De ses poils presque luisant et lustrés

Un pelage roux-orangé

Lui donnait l’air d’un curieux animal

Il déclenchait des brouhahas étranges comme des bruits de jungle

Et faisait rire les enfants

Un soir , on parla d’un fait divers alarmant de la télévision

L’orangs-outangs présenté dans le documentaire du mois

Serait le dernier

Après, il n’y aurait plus que rediffusion

Etait-ce déjà  une autre-chanson ?

On conta plus tard alors l’histoire d’une armée de singes

Et l’Orangs-outangs devint

Comme un pongo Abelii

Au visage devisé

Et certains discutaient de forêts inconnues

Ou le monde de la nature

Avait été préservé

 

 

 

 

 

 

Poéme du temps levant

Des légendes et contes d’autrefois

Il était raconté l’histoire du poème du temps levant

Que celui  ou celle qui posséderait un tel trésor

Pourrait faire de son temps

Un jour parmi les autres

Comme un nouveau soleil

Lui racontant passé et avenir

 

Certains maugréaient à ce sujet

Parlant de contentement cruel

De morale inhumaine

Et alors qu’ils dissertaient  de ce trésor sacré

La pluie perlait au dehors

Et d’un grand jardin clos

On contait que le jour suivant

Les fleurs telles roses de carmin

Eclosaient plus fortes et plus belles

Dans ce lendemain.

 

Le cancre (petite nouvelle)

Gorgo  et Lauder discutait sur le chemin qui menait à leur université. Gorgo disait à Lauder: « Tu sais Lauder, il y a de nombreux cancres dans l’Université ». Lauder lui répondait  innocemment et alors Gorgo ou veux-tu en venir ?

Je vais te le dire à demi-mot « Beaucoup de gens pensent qu’un cancre est une personne qui à peu de capacité  » . Mais à la vérité nous avons fait notre enquête, les cancres sont cancres parce que le juge qui s’occupe d’eux à en faite un C.A.P.

Un C.A.P dit Lauder ?

Gorgo  lui répondit,  oui un brevet d’apprentissage que l’on obtient comme  un brevet des collèges.

Lauder n’apprécia pas cette explication et dit Gorgo « Pourquoi me parles-tu de tout ceci ?  »

Gorgo eut un demi-sourire  et lui dit pour que tu sois au courant .

Lauder bougonna à moitié et les deux élèves continuèrent leur chemin vers l’Université.