La goélette des mers du Nord (Petit poème)

Au temps d’orage et de grosse pluie

Il était discuté au sujet d’une mystérieuse Goélette

Bateau venant des mers du Nord disait-on

Comme apparaissant dans la brume

Des nuits de printemps

S’en suivait Histoires étranges et  gens au bord de la cote

Scrutant le passage de ce mystérieux bateau

On faisait aussi état d’animaux sauvages

Ayant apparu dans la région,

Pour quelques personnes d’un grand age ,

Le déluge n’était pas loin

Pour d’autres c’était fêtes et fariboles

Les jours passaient dans l’inextricable sentiments

Du bateau disparu

Et des ans après

Il en fut dit

Que le soleil n’en avait pas changé.

 

 

François Rabelais-le Cinquième livre-extrait en musique

François Rabelais , écrivain de la Renaissance, présente dans un livre intitulé le cinquième livre, un voyage dans les Iles à la recherche de la dive bouteille ou  » la recherche personnelle de la vérité « . Cet extrait se situe au chapitre 24 avec la royaume  de la Quinte essence et un bal en forme de tournoy. La quinte essence ou le pays de la reine Entéléchie.

 

Chapitre 24: Comment fut, en la présence de la Quinte, faict un bal joyeux en forme de tournoy.

 

Le soupper parfait, fut en présence de la dame

Fait un bal en mode de tournoy,

Digne non seulement d’estre regardé,

Mais aussi de mémoire éternelle.

Pour iceluy commencer fut le pavé de la salle

Couvert d’une ample pièce de tapisserie veloutée,

Faites en forme d’eschiquier,

Savoir est à carreaux,

Moitié blanc, moitié jaune,

Chas-cun large de trois palmes

Et carré de tous costés.

Quand en la salle entrèrent trente deux jaunes personnages,

Desquels seize estoient vestus de drap d’or,

Sçavoir est : huicts jeunes Nymphes,

Ainsi que les peignoient  les

Anciens  en la compagnie de Diane, un Roy, une Royne ,

Deux Custodes de la Rocque, deux Chevaliers et deux Archiers.

 

La grotte aux bêtes (Poème)

De poésie diverses

 

Aux contes et Légendes

 

Il était raconté d’histoire mystique

 

Qu’elles  se déroulaient parfois

 

Auprès de grottes aux bêtes

 

Sorte de masse calcaire

 

Creusée dans la roche

 

De restes d’ossements

 

On y avait installé quelquefois

 

Statue pour dévotion

 

Jusqu’au mystère des Saints

 

Certains la voyaient ventrue

 

Comme une caverne  des temps

 

D’autres y attendaient miracles

 

Dans l’écoulement des jours.

Le personnage du peuple (poème)

Dans un pays presque imaginaire,

Groupe de personnes discutaient

En disant

« Il nous faudrait un personnage du peuple  »

Le plus savant du groupe s’exclama

 » Il faudrait qu’il ne soit ni trop grand, ni trop petit, ni trop laid  »

En ce chemin qui semble être le bon vouloir de tout un chacun

Un autre rajouta

Je pourrais le bénir,

Il lui houle et discussion,

Il doit avoir sa liberté de conscience affirma un troisième !

La décision fut prise

Et le groupe de personnes se donna un délai de 20 ans

Comme celui du progrès humain.